BURKINA FASO
UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU
Faculté des Sciences de la Santé
(F.S.S.)
Section Médecine
Année Universitaire 1996-1997
Thèse N° 18
SE.RO-ÉPIDÉMIOLOGIE
DES VlRUS DE L~lMMlJNODtfICIENCE HUMAlNE (VIH), DE
L'HiÉP'ATITE B (\\lBS), DE LA SYPHILIS CHEZ LES DONNEURS
DE SANG JET IMPACT DE LA PRESCRIPTION DES PROD ITS
SAN6ULNS SUR LA SÉCURITÉ DE LA TRANSFUSION AU
CENTRE HOSPITALIER NATIONAL SOURO SANOU.
BOBO-DIOULASSO (BURKINA FASO)
THESE
Présentée et soutenue publiquement le 16 Décembre 1997
pOlir l'obtention du DOCTORAT en MEDEClNF
(Diplôme d'Etat)
Par
Koumpïngnin Yacollba NEBIE
Né le 17 Novembre 1968 à Pouni (Sanguié/B"rkina Faso)
DIRECTEUR DE THESE
JURY
Prof.. B. R. SOUDRE
Président: Prof. Lamine DIAKHATE
Membres
Prof.
Bobilwindé Robert
SOU ORE
Prof.Ag.
Alphonse
SA W ADOGO
Dr
Alexis
ROUAMBA
Or
Hal'Ouna
SANOU

UNIVERSTTE DE OUAGADOUGOU
FACULTE DES SCIENCES DE LA SANTE (F.S.S)
LISTE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF
Doyen
Pr R. B. SOUDRE
Vice-Doyen Chargé des Affaires
Académiques et Directeur de la
Section Phannacie
Pr. 1. P. GŒSSOU
Vice-Doyen Chargé de la recherche
et de la vulgarisation
Pr. Agr J. KABORE
Directeur des Stages de la section
Médecine au C.H.N.YO.
Pr. Agr J. DRABü
Directeur des Stages de la section
Médecine au C.H.N.SS.
Pr. AgrF. R. TALL
Directeur des Stages de la Section Phannacie
DrR. Traoré
Coordonnateur C.E.S. Chirurgie
Pr. A. Sanou
Sécretaire principal
G.ILBüUDO
Chef de Service Administratif et Financier
M. A. TATIELA
Conservateur de la bibliothèque
M. S. YADA
Chef de Scolarité
M.K.ZERBü
Sécretaire du doyen
M.M.DICKO
Sécretaire du VDA
M.H.KABRE
Sécretaire du VDR
M. E. BONKIAN
Audio-visuel
M. A. P. PITROIPA
Réprographie
M. P. BOUDA

UNIVERSTTE DE OUAGADOUGOU
FACULTE DES SCIENCES DE LA SANTE (F.S.S)
LISTE DES ENSEIGNANTS DE LA F.S.S
Enseignants permanents
Professeurs titulaires
Rambré Moumouni OUIMINGA
Anatomie, Organogenèse et Chirurgie
Hilaire TIENDREBEOGO
Sémiologie et pathologie médicale
Tinga Robert GUIGUEMDE
Parasitologie
Bobilwindé Robert SOUDRE
Anatomie-pathologie
Amadou SANOU
Chirurgie
Innocent Pierre GUISSOU
Pharmacologie - toxicologie
Professeur associé
Ahmed BOU-SALAH
Neuro-chirurgie
Maîtres de Conférences Agrégés
Julien ~BOUDO
Orthopédie-traumathologie
Bibiane KONE
Gynécologie-Obstétrique
Alphonse SAWADOGO
Pédiatrie
Kongoré Raphael OUEDRAOGO
Chirurgie
François René TALL
Pédiatrie
Blaise SONDO
Santé publique
Joseph Y. DRABO
Endocrinologie
Jean KABORE
Neurologie
Maîtres de Conférences associés
Jean TESTA
Epidémiologie - parasitologie
Maîtres assistants
Georges Alfred Kl-ZERBO
Maladies Infectieuses
Patrice ZABSONRE
Cardiologie
Lady Kadiatou TRAORE
Parasitologie
Mamadou SAWADOGO
Biochimie
Jean LANKOANDE
Gynécologie - obstétrique
Issa SANOU
Pédiatrie
LudovicKAM
Pédiatrie
Adama LENGANI
Néphrologie
Omar TRAORE N° 1
Chirurgie
Si Simon TRAORE
Chirurgie

Adama TRAORE
Dermatologie
Abdoulaye TRAORE
Santé publique
Kampadilemba OUOBA
010-Rhino-Laringologie
Piga Daniel ILBOunO
Gastro-entérologie
Albert WANDAOGO
Chirurgie
DamaSANO
Chirurgie Générale
ArounaOUEDRAOGO
Psychiatrie
Maîtres assistants associés
Rachid BOUAKAZ
Maladies infectieuses
Assistants chefs de cliniques
SopharHIEN
Chirurgie-Urologie
Philippe ZOURE
Gynécologie - Obstétrique
T. Christian SANOU (in mémoriam)
O1o-Rhino-Laringologie
MadiKABRE
010-Rhino-Laringologie
Nicole KYELEM
Maladies Infectieuses
Doro SEREME ( in mémoriam)
Cardiologie
Hamadé OUEDRAOGO
Anesthésie-Réanimation et Physiologie
Joachim SANOU
Anesthésie-Réanimation et Physiologie
Alexis ROUAMBA
Anesthésie-Réanimation et Physiologie
Gana Jean Gabriel OUANGO
Psychiatrie
Michel AKOTIONGA
Gynécologie-Obstétrique
SeydouKONE
Neuro-Chirurgie
Raphael SANOU (in mémoriam)
Pneumo-phtisiologie
Théophile N. TABSOBA
Biophysique
Oumar TRAORE N°2 (in mémoriam) Radiologie
Rigobert TmOMBIANO
Maladies Infectieuses
Y. Abel BAMOUNI
Radiologie
Alain BOUGOUMA
Gastro-Entérologie
Théophile COMPAORE
Chirurgie
Rabiou CISSE
Radiologie
BIami DAO
Gynécologie-Obstétrique
Maîmouna DAOIOUATTARA
Oto-Rhino-Laringologie
Boubacar TOURE
Gynécologie-Obstétrique
Alain N. ZOUBGA
Pneumo-Phtisiologie
André K. SAMANDOULGOU
Cardiologie
Robert O. ZOUNGRANA
Physiologie
Thimothée KAMBOU
Urologie
Jean-Aurélien SANOU

Assistants Biolo2Ïstes des hôpitaux
Lassina SANGARE
Bactériologie-Virologie
Idrissa SANOU
Bactériologie-Virologie
Rasmata OUEDRAOGO/TRAORE
Bactériologie-Virologie
Harouna SANON
Hématologje-lnŒn1unologie
ENSEIGNANTS NON PERMANENTS
Faculté des sciences et techniques CFAST)
Professeurs titulaires
Alfred TRAORE
Immunologie
Akry COULmALy
Mathématiques
SitaGUINKO
Botanique-Biologie végétale
Guy V OUEDRAOGO
Chimie minérale
Laya SAWADOGO
Physiologie-Biologje cellulaire
Laou Bernard KAM (in mémoriam)
Chimie
Maîtres de conférence
Boukary LEGMA
Chïmie- Physique générale
François ZOUGMORE
Physique
Didier ZONGO
Génétique
Patoin Albert OUEDRAOGO
Zoologie
Maîtres assistants
Wendendouni GUENDA
Zoologie
Léonide TRAORE
Biologje cellulaire
Adama SARA
Chimie Organique
Marcel BONKIAN
Mathématiques et Statistiques
Gomtibo Jean-Baptiste OUEDRAOGO
Physique
Aboubakary SEYNOU
Statistiques
Philippe SANKARA
Cryptogamie-Phyto-Pharmacie
Makido Bertin OUEDRAOGO
Génétique
Jeanne MILLOGO
T.P Biologie cellulaire
Raymond BELEMTOUGOURI
T.P Biologie Cellulaire
Gustave KABRE
Biologje
Jean KOULDIATY
Physique
Assistants
Appolinaire BAYALA (in mémoriam) Physiologie

Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FASEG)
Maîtres assistants
Tibo Hervé KABORE
Economie gestion
Assistant
Mamadou BOLY
Gestion
Faculté de Droit et de sciences Politiques (FDSP)
Assistants
Jean Claude TAHITA
Droit
ENSEIGNANTS VACATAIRES
VirginieTAPSOBA
Ophtalmologie
Boukari Joseph OUANDAOGO
Cardiologie
R. Joseph KABORE
Gynécologie-Obstétrique
Saidou Bernard OUEDRAOGO
Radiologie
Raphael DAKOURE
Anatomie-Chirurgie
M. GUILLERET
Hydrologie
M. DAHOU (in mémoriam)
Hydrologie
Michel SOMBIE
Planification
Mme Henriette BARRY
Psychologie
Dr Bruno ELOLA
Anesthésie-Réanimation
Dr Nicole PARQUET
Dermatologie
Dr Annette OUEDRAOGO
Stomatologie
Bréhima DIAWARA
Bromatologie
Adama THIOMBIANO
Législation pharmaceutique
Sidiki TRAORE
Galénique
Badioré OUATTARA
Galénique
André OUEDRAOGO
Nutrition
Dr Paul Marie ILBOlJDO
Anglais
Dr Alassane SICKO
Anatomie
Dr Tométo KALOULE
Médecine du travail
Arcadius OUEDRAOGO
Pharmacie Vétérinaire
BendiOUOBA
Pharmacie galénique
Vincent OUEDRAOGO
Médecine du Travail
ENSEIGNANTS MISSIONNAIRES
A.U.P.E.L.E
Fr Lamine DIAKATE
Hématologie (Dakar)

Pr Abibou SAMB
Bactériologie-Virologie (Dakar)
Pr José Marie AFOUTOU
Histologie et Embryologie(Dakar)
Makhtar WADE (DAKAR)
Bibliographie
Babakar FAYE (DAKAR)
Pharmacologie
Pr M.K.A. EDEE (Lomé)
Biophysique(Lomé)
Mbayang NDIAYE-NIANG (DAKAR)
Physiologie
R. DARBOUX (Bénin)
Histologie-Embryologie
Pr Ag. Emmanuel. BASSENE (Dakar) Pharmacognosie
Mamadou BADIANE (DAKAR)
Chimie thérapeutique
Doudou THIAM (DAKAR)
Hématologie
O.M.S
Auguste KADIO (Abidjan)
Pathologies infectieuses et parasitaires
Jean Marie KANGA (Abidjan)
Dermatologie
Arthur NGOLET (Brazzaville)
Anatomie Pathologique
Jean Jacques BERJON (Créteil)
Histologie-Embryologie
Frédéric GALLEY (Lille)
Anatomie-pathologique
Moussa TRAORE (Bamako)
Neurologie
Mission Francaise de Coopération
Pr Etienne FROGE (Tours)
Médecine Légale
Henri MOURAY (Tours)
Biochimie
Jacques SANTINI (Tours)
Anatomie
Deni WOUESSI DJEWE (Paris XI)
Pharmacie galénique
M. BOIRON
Physiologie
Pr. Jean-Pierre BOCQUET (Nice)
Hygiène hospitalière
Dr. Martin DUPONT-CLEMENT (Limoges)
Médecine Légale
Mission de l'Université libre de Bruxelles <ULB}
Pr Marc Van DAMME
Chimie analytique et Biophysique
Pr MOES
Galénique

DÉDICACES
1
--------------

A tout le peuple Burkinabé
Pour l'immense sacrifice consenti à notre formation
A mon père et à ma mère
Malgré les difficultés, vous avez toujours accompli votre devoir d'éducateurs dans
l'honneur et la dignité. Les nobles principes que vous nous avez toujours enseignés guideront
notre existence. Que le tout puissant nous garde longtemps ensemble
A mes frères et soeurs
Sans distinction aucune ce travail vous est dédié. Le soutien constant que tous, nous
avez apporté est incommensurable. Trouvez ici le fruit de tous vos sacrifices.
A la famille Néya Augustin et Ami
En témoignage de tout ce que vous avez fait pour nous.
A toutes mes amitiés
René, Adama, Abdoulaye, Augustin, Ousséni, Pépin, Rasmané, Issaka, Kolou Urbain,
James, Yoda, Aline; votre soutien nous a été précieux; restons toujours amis.
A tous mes collègues
Pour l'esprit de solidarité dont vous nous avez toujours témoigné.
A tous les donneurs de sang.

REMERCIEMMHNTS
1

Au Docteur Honorine DAHOUROU
Chef de Service, Banque de Sang du CHNSS de Bobo Dioulasso.
Vous nous avez fait confiance en acceptant nous confier ce travail que vous avez su
diriger par votre rigueur. Votre passion communicative pour la transfusion sanguine
nous a toujours impressionné.
Ce sera toujours un honneur pour nous de travailler avec vous.
Au Docteur Nicolas Méda
Votre disponibilité permanente et votre rigueur scientifique nous a ont été précieuses
durant ce travail dont vous êtes par ailleurs à l'origine. L'amabilité dont vous nous
avez toujours témoigné nous restera inoubliable. Ce travail est le vôtre.
Au Docteur Francis Hien
Pour votre collaboration précieuse, vos conseils, et votre aide bibliographique.
Aux Docteurs Alain Zoubga et Souleymane Ouattara
Au delà de l'exercice de vos fonctions, vous avez su par vos conseils nous guider dans
cette période tumultueuse de notre existence. Puissiez-vous rester longtemps auprès de
vos patients.
Au Docteur Boubacar Nacro
pour votre disponibilité et la formation dont nous avons bénéficiée.
Au Docteur Anicet Dahourou
Pour votre contribution scientifique et votre aide bibliographique.
Aux familles Bakoné et Konkobo : en particulier Adama, Hubert, Sylvain, Marcel, Jean-
Baptiste, Franck, Madeleine, Joseline, Roseline
Pour le soutien que vous nous avez apporté. Puisse cette amitié continuer de grandir.
Aux familles Zongnaba et Bambara: en particulier Lenga Bruno, Yves, NIna
Votre soutien moral et matériel nous a été précieux.
A Monsieur Adama Nébie
Que le lien fraternel qui nous uni demeure solide.
A tout le personnel du CHNSS et du CHNYO
Pour votre participation à notre formation et votre collaboration.
A tout le personnel de la Banque de sang.
Nous serons toujours heureux de travailler avec vous.
Au personnel du Laboratoire
En particulier Mmes Tioro et Kondé, Paré, Madi, Dissa, Amathe, Daniel, Justin, Moustapha.

Au personnel du Laboratoire
En particulier Mmes Tioro et Kondé, Paré, Madi, Dissa, Hamathe, Justin, Moustapha.
A Messieurs Ibrahim Diallo et Moussa Kam.
Pour votre soutien logistique.
A Madame Goumbani Augustine
Pour votre aide.
A Djahara, Mama et à Traoré Djenebou.
Pour tout ce que vous avez fait pour nous.
A la famille Sanou Jacob
Pour votre soutien moral.

A NOS MAÎTRES KT JUGES
1

A NOTRE MAITRE ET PRESIDENT DU JURy
Monsieur le Professeur Lamine DIAKATHE
Professeur d'hématologie à la F.S.S.
Vous nous faites un immense honneur en acceptant présider le jury de ce travail. Il
nous a été donné d'admirer vos qualités d'homme de science et de pédagogue émérite.
Cher maître veuillez trouver ici l'expression de notre profonde gratitude.
A NOTRE MAITRE ET DIRECTEUR DE THESE
Monsieur le Professeur Bobilwindé Robert SOUDRE
Professeur d'anatomie-pathologie à la F.S.S
C'est un immense honneur que vous nous avez accordé en acceptant d'assurer la
direction de ce travail. Malgré vos multiples occupations, vous avez toujours su
répondre à nos sollicitations. Vos qualités d'enseignant et d'homme de science nous
ont toujours impressionné et nous craignons de n'avoir pu répondre entièrement à vos
attentes.
Puisse néanmoins ce travail vous apporter un peu de satisfaction.
A NOTRE MAITRE ET JUGE
Monsieur le Professeur agrégé Alphonse SAWADOGO
Professeur Agrégé chargé de cours de pédiatrie à la F.S.S
Vous nous faites l'honneur de juger ce modeste travail malgré vos occupations.
Nous avons eu le privilège de bénéficier de vos enseignements théoriques et pratiques.
Qu'il nous soit permis de vous remercier pour votre disponibilité.
A NOTRE MAITRE ET JUGE
Monsieur le Docteur Alexis ROUAMBA
Assistant chef de clinique chargé de cours d'anesthésie- réanimation et de physiologie
à la F.S.S
vous nous faites honneur en acceptant de siéger dans le jury de notre thèse. Nous avons
eu le privilège de bénéficier de vos enseignements théoriques, ainsi que de vos
enseignements pratiques lors de notre stage au CHNSS.
Votre disponibilité et votre sympathie demeurent pour nous un exemple.
Veuillez accepter cher Maître l'expression de notre profonde gratitude.

A NOTRE MAITRE ET JUGE
Monsieur le Docteur Harouna SANOU
Assistant Biologiste des hôpitaux chargé de l'enseignement d'hématologie à la F.S.S
nous vous sommes reconnaissant pour l'honneur que vous nous faites en acceptant de
juger ce travail. Même si nous n'avons pas eu la chance de bénéficier de vos
enseignements, nous avons eu le privilège de recevoir un peu de vos conseils et
encouragements pour ce travail. L'humilité avec laquelle vous nous avez toujours
accueilli suscite en nous l'estime. Soyez en remercié.

LISTE DES TABLEAUX ET DES GRAPIDOUES.
Page
Tableau 1: Détermination du Groupe ABO
7
Tableau 2 : Maladies à dépistage obligatoire en Europe.
7
Tableau 3: gènes et protéines des virus VIH1 et VIH2.
17
Tableau 4: Protéines VIH et leur force immunogénique chez l'homme
17
Tableau 5; Fréquence cumulée(%) du délai de séroconversion pour différentes valeurs
des paramètres de distribution log normal
19
Tableau 6 : Stratégies de diagnostic de l'infection à VIH telles que proposées par
l 'ONUSIDA et l'OMS, 1997
25
Tableau 7 : Sensibilité spécificité eU valeurs delta des tests commerciaux de détection
des anticorps sériques anti VIH évaluées au Burkina Faso sur un pannel de 733
sérum,1997.
27
Tableau 8. Méthodes de dépistage enfonction du stade de la maladie
32
Tableau 9 : répartition des dons selon la classe d'âge des donneurs.
42
Tableau 10: répartition des dons selon la profession des donneurs.
43
Tableau 11: répartition de 491 dons selon le type d'hémoglobine.
44
Tableau 12 : séroprévalence VIH pour l'ensemble des dons de sang de l'année 1995-;------44
Tableau 13 : séroprévalence du VIH dans les dons enfonction du sexe des donnurs.- 45
Tableau 14: séroprévalence du VIH dans les dons selon la tranche d'âge des donneurs.45
Tableau 15: séroprévalence du VIH dans les dons selon le type de donneur.
46
Tableau 16: séropprévalence du VIH dans les dons selon le type de donneur et pour un
âge de 15 à 24 ans
47
Tableau 17: séroprévalence du VIH dans les dons selon le type de collecte
47
Tableau 18: séroprévalence du VIH dans les dons de sang selon la profession
des donneurs
47
Tableau 19: séropositivité globale des dons à l'antigène Hbs
49
Tableau 20: prévalence de l'Ag HBs dans les dons selon le sexe du donneur.
49
Tableau 21: prévalence de l'Ag HBs dans les dons selon la classe d'âge.
50
Tableau 22: prévalence de l'Ag HBs dans les dons selon le type de donneur.
50
Tableau 23: prévalence de l'Ag Hbs dans les dons selon le type de donneurs
(classe d'âge de 15 à 24 ans
51
Tableau 24: prévalence de l'Ag HBs dans les dons selon le type de collecte
51
Tableau 25: prévalence de l'Ag HBs dans les dons suivant la profession du donneur------.52

Tableau 26: séroprévalence syphilitique selon la profession.
53
Tableau 27: répartition des demandes de produits sanguins enfonction de la
qualification du prescripteur.
54
Tableau 28: répartition des demandes selon le nombre d'unités prescrites.
55
Tableau 29: taux de couverture des besoins selon le nombre d'unités prescrites
par demande
56
Tableau 30: consommation des produits par service en 1995.
56
Tableau 31: Répartiton de 894 patients selon le taux d'hémoglobine
57
Tableau 32: nombre d'unités prescrites par demande selon le taux d'HB
chez les adultes.
58
Tableau 33: répartition des demandes selon la qualification du prescripteur
et le nombre d'unités par prescription.
58
LISTE DES GRAPIDQUES
Graphique 1: distribution des dons par type de collecte.------------'t4ü
Graphique 2: répartition des dons selon le type de d o n n e u r _ - - - - - - - - - 41
Graphique 3: répartition des dons selon le sexe des donneurs.
42

LISTE DES SIGLES ET ABRÊVIATIONS
CHNSS
: Centre Hospitalier National Sourô Sanou
OMS
: Organisation Mondiale de la Santé
ml
: millilitre
!lm
: micromètre
nm
: nanomètre
kg
: kilogramme
PSL
: Produits Sanguins Labiles
Vlli
: Virus de l'Immunodéficience Humaine
HIV
: Human Immunodficiency Virus
HTLV3
: Human T Lymphotropic Virus type 3
LAV
: Lymphadenopathic associed virus
Sida
: Syndrome d'Immunodéficience acquis
VHB
: Virus de l'Hépatite B
ADN
: Acide désoxyribonucléique
ARN
: Acide ribonucléique
Ag
: antigène
Ac
: anticorps
IgM
: Immunoglobuline M
IgG
: Immunoglobuline G
ELISA
: Enzym Linked Immuno Sorbant assay
PCR
: Polymérase chain reaction
: degré Celcius
VDRL
: VeneraI deseases researches laboratories
RPR
: rapid plasma reagin
TPHA
: Treponema pallidum hemaglutination assay
IFI
: Immuno fluorescence Indirecte
WB
: Western Blot
ST
: Sang total
CG
: Concentré Globulaire
PFC
: Plasma frais congelé
PRP
: Plasma riche en plaquettes
HB
: Hémoglobine

4l LA FACULTÉ DES SCIENCES DE LA SANTÉ A ARRÊTÉ QUE LES
OPINIONS ÉMISES DANS LES DISSERTATIONS QUI SERONT PRÉSENTÉES
DOIVENT ÊTRE CONSIDÉRÉES COMME PROPRES À LEURS AUTEURS ET
QU'EllE N'ENTEND LEUR DONNER AUCUNE APPROBATION NI
IMPROBATION 1.

INJTRODUCTIOIN
1
- - - - - - - - - - - -

maladies transmissibles par le sang, nous pouvons réaliser un système sûr de transfusion
sangume.
Il nous semble indispensable pour répondre à cette question, de posséder des
statistiques fiables sur la population concernée que sont les donneurs de sang. De ces éléments
nous pourrons sans doute proposer un meilleur système de recrutement et de gestion des
donneurs; afm que la transfusion sanguine réponde, comme le dit Béogo R.[5], à la double
exigence d'innocuité chez son bénéficiaire et d'absence de préjudices pour la santé du
donneur.
2

....
PREMIERE PARTIE:
6ÉNÉR~UTÉS

1. LA TRANSFUSION SANGUINE.
1.1 Définition.
La transfusion sanguine consiste à injecter le sang ou l'un de ses composants plasmatiques ou
cellulaires d'un ou de plusieurs sujets sains appelés «donneurs» à un ou plusieurs sujets
malades appelés « receveurs »[21].
1.2 Les différents modes de transfusion
Il existe deux grands modes de transfusion
1.2.1 La transfusion homologue.
Elle consiste en l'injection d'un produit sanguin d'un individu à un autre.
1.2.2 La transfusion autologue.
Elle consiste à réinfuser au malade son propre sang selon trois modalités:
- l'autotransfusion différée pour les chirurgies programmées. Chez des patients en bon état
général, une à trois unités de sang sont prélevées à une semaine d'intervalle. Le dernier
prélèvement est fait au moins une semaine avant l'intervention. Le sang ainsi obtenu sera
utilisé pour le même patient.
- l'autotransfusion per-opératoire. Elle consiste à récupérer le sang épanché en
cours
d'intervention et à le réinjecter au malade. Elle nécessite des équipements spécialisés la
rendant de pratique difficile.
- l'hémodilution normovolémique intentionnelle, qui consiste à prélever juste avant
l'intervention, une quantité de sang que l'on remplace à volume égal par un soluté de
remplissage; le sang ainsi recueilli sera utilisé pour l'intervention.
1.3. Quantité de sang requise [21,69,54].
Pour atteindre l'objectif de la transfusion qui est d'améliorer le confort du malade, il faut
savoir estimer la quantité de sang dont il a besoin.
A titre indicatif, 2S0cc de culot globulaire ou SODee de sang total augmente le taux
d'hémoglobine d'environ 19ldl chez l'adulte.
Chez l'enfant, le volume de sang à transfuser est estimé selon les formules suivantes:
Concentré globulaire; volume = 3 x Poids x (Rb attendue - Hb du malade)
Sang total; volume = 6 x Poids x (Hb attendue - Hb du malade).
3

2. LA NOTION de « CHAINE TRANSFUSIONNELLE »[65,29,62].
La transfusion sanguine est une opération médicale qui fait intervenir deux êtres
humains[29]: entre ces deux êtres il yale service de transfusion sanguine et le prescripteur.
L'ensemble forme une « chaîne» dont le fonctionnement a pour but d'assurer la sécurité du
receveur,
malS
aussI
celle
du
donneur.
D'autres
auteurs
préfèrent
parler
de
« compartiments »[34]. Le mauvais fonctionnement d'un maillon de cette chaîne mettra en
péril la sécurité de la transfusion.
2.1 Le compartiment des donneurs de sang.
Constitué par les donneurs de sang, il forme le noyau central de tout servIce de
transfusion sanguine. La mise en place et l'entretien de ce noyau est une étape cruciale à une
bonne sécurité transfusionnelle et passe par : la motivation des candidats au don du sang, le
recrutement de donneurs de sang, leur sélection, leur fidélisation mais aussi leur prise en
charge en cas de découverte de maladies.
2.1.1 La motivation des donneurs.
La motivation des donneurs est une entreprise difficile à standardiser [4].
Elle consiste à informer, et éduquer l'ensemble de la population où on trouve les candidats
potentiels au don du sang. Elle peut aussi s'adresser à des groupes particuliers d'individus. Il
faut sensibiliser la société sur la nécessité de donner son sang. A ces fins, les médias (radio,
télévision, journaux, affiches), les conférences animées par les professionnels de la
transfusion et par les associations de donneurs ont une place importante. C'est d'ailleurs ce
qui ressort de l'étude de DIAKHATE L. et Coll. [17] à Dakar qui montre que 77,48% des
donneurs ont entendu parler du don de sang par voie de presse.
2.1.1.1 Motivation par la rétribution.
Si la rétribution des donneurs permet une augmentation quantitative de l'approvisionnent, elle
a l'effet pervers de drainer les groupes les plus à risques, attirés par la perspective du gain[24].
La sécurité transfusionnelle s'en trouve compromise[24,46]. De plus elle est contraire à la
plupart des législations.
2.1.1.2 Don volontaire bénévole et altruiste.
En 1975, l'OMS promulgue le principe de l'autosuffisance de chaque pays en produits
sanguins, basé sur les dons volontaires et non rémunérés[24].
4

C'est la meilleure façon selon elle, d'obtenir des produits sanguins de qualité. Les candidats
bien informés ne voient que l'acte qui permet de sauver des vies et se préoccupent mieux des
risques éventuels que court le receveur.
2.1.2 Le recrutement des donneurs.
Le recrutement des candidats doit suivre immédiatement la sensibilisation. Il faut s'attacher à
trouver des candidats bénévoles et motivés que l'on soumet néanmoins à un examen pré-don.
2.1.3 L'examen pré-don.
Il a pour objectifs:
- la protection du donneur lui même, car le prélèvement ne doit pas nuire à sa santé.
- la protection du receveur, par l'identification et l'exclusion de tout donneur potentiellement
susceptible d'héberger et de lui transmettre une maladie.
L'examen pré don comprend:
2.1.3.1 Un interrogatoire.
Il doit dépasser le classique interrogatoire médical. Il doit être mené par un personnel qualifié,
en l'occurrence le médecin qui établit une relation de confiance avec le candidat au don de
sang. C'est l'occasion d'apprécier les motivations du donneur, de cerner l'état de ses
connaissances sur la transfusion, les maladies transmissibles par la transfusion, et les facteurs
de risques pour ces maladies.
L'interrogatoire recherche les tares pouvant contrindiquer le don de sang, les antécédents et
les comportements à risques pouvant présager de la présence de maladies chez le donneur
(MST, maladies hépatiques, transfusion sanguine, etc..)[67].
La qualité des réponses dépendra de la confiance que le médecin aura su faire naître
entre lui et le donneur. L'interrogatoire peut se faire sous forme d'un questionnaire écrit que le
candidat doit remplir en présence du médecin[34].
2.1.3.2 un examen physique.
Il apprécie l'état général du donneur. On recherche une anémie clinique éventuelle. On
mesure le poids et la tension artérielle.
Un examen sommaire des différents appareils est fait, notamment l'appareil cardiovasculaire
et pulmonaire.
Le but ultime de cet examen pré-don est de réaliser une première sélection des donneurs.
5

2.1.4 Le premier niveau de sélection.
A l'issue de l'interrogatoire et de l'examen physique, les candidats présentant des facteurs de
risques pour les maladies transmissibles par la transfusion sanguine ne seront pas autorisés à
donner leur sang. Ils doivent alors être orientés vers les centres de dépistage et de counseilling
prévus à cet effet[34]. Cette sélection avant même tout prélèvement est une attitude
indispensable pour accroître la sécurité de l'acte transfusionnel[24,34].
Il reste cependant clair que seul une éducation des donneurs à s'autoexclure spontanément,
pourrait garantir une bonne sécurité de la transfusion[34], les réponses fournies à
l'interrogatoire étant souvent inexactes. L'autoexclusion , selon Habibi B. nécessite que la
population ait un certain niveau de compréhension, d'où la nécessité d'éducation permanente
des donneurs[23].
2.1.5 Le Prélèvement.
En l'absence de contre-indications, le prélèvement sera fait sous étroite surveillance. La
quantité de sang prélevée varie selon le poids de l'individu. Selon la législation dans notre
pays et ailleurs, le volume à prélever est de 7 ml/kg de poids sans dépasser 450 mI[2Ü].
Ce volume dépendra surtout de la tolérance du donneur.
La fréquence des dons est de 4 par an pour le sang total[21,20], au rythme d'un don tous les
trois mois. Chaque donneur aura un numéro unique et individuel de carte. La date de tout
prélèvement est mentionnée sur la carte de donneur.
2.2 Le Compartiment laboratoire.
Chaque poche de sang est systématiquement soumise à des contrôles biologiques pour en
déterminer les caractéristiques immunologiques, et y rechercher des pathologies pouvant
mettre en péril la santé du receveur.
Ce sont:
2.2.1 Détermination des groupes sanguins ABD et du facteur rhésus [24].
Elle se fait selon deux méthodes différentes qui doivent être appliquées toutes deux, et par
deux techniciens différents (Tableau 1).
- la méthode de Beth Vincent qui utilise des sérums tests connus et des hématies inconnues;
- la méthode de Simonin, utilisant des hématies connues et des sérums inconnus.
6

T bl
a eau 1 D't
,
t'
e ermzna lOn d G
u
roupe ABD
Beth Vincent
Simonin
Groupe
sérum
sérum
sérum
sanguin
anti A
anti B
anti AB
Hématie A
Hématie B
Hématie 0
A
+
-
+
-
+
-
B
-
+
+
+
-
-
AB
+
+
+
-
-
-
0
-
-
-
+
+
-
- La détermination du facteur « Rhésus standard» utilise des immunoglobulines anti D.
2.2.2 Dépistage de maladies infectieuses.
Le dépistage des maladies infectieuses doit être une préoccupation constante des services de
transfusion. Il doit s'adapter à l'épidémiologie des affections au niveau de la zone concernée,
ainsi qu'à leur gravité.
Pour Pinon F. les agents infectieux ne peuvent pas tous donner lieu à un dépistage
biologique[60].
Selon Barin F.[3], les virus les plus importants en transfusion sont ceux des hépatites B et C,
les rétrovirus notamment Vlli. C'est ainsi qu'en Europe la législation a prévu le dépistage
systématique et obligatoire des maladies suivantes (Tableau 2):
Tableau 2 Mi 1
aad'les 'd"
a eplstage 0br19atolre en Europe.
AFFECTIONS
Date d'introduction
SYPHILIS
1947
HEPATITEB
1970
HEPATITE C
1990
1/2
1980
HTLV 112
1991
PALUDISME *
-
*
..
le deplstage du paludIsme est oblIgatoIre SI le donneur a séjourné dans un pays d'endémie depuis moins de 4 ans
D'autres agents infectieux tels le CMV, le PARVOVIRUS B19 seront dépistés si le receveur
présente une sensibilité particulière(sujets immunodéprimés...).
7

Les méthodes de dépistage seront les plus performantes possibles afm que le maximum de cas
puisse être détecté en sachant que le risque nul est difficile à obtenir.
2.2.3 Le deuxième niveau de sélection.
Après les différents contrôles biologiques effectués, les poches infectieuses seront
retirées et détruites. Les donneurs concernés doivent être impérativement informés de leur
maladie et orientés vers des structures adaptées de prise en charge. Ils seront exclus du don de
sang, soit défmitivement, soit temporairement selon le type de pathologie.
Cette deuxième sélection, associée à celle pré-don doit déboucher sur la constitution d'un
pool de donneurs de « qualité », qu'il faut s'atteler à fidéliser pour en faire des donneurs
réguliers.
2.2.4 Le contrôle de qualité[47,69,49].
C'est l'ensemble des mesures prises par un laboratoire pour que les résultats de ses analyses
soient exacts. Le contrôle de qualité associe
- un contrôle interne : par exemple, plusieurs techniciens peuvent effectuer les mêmes
analyses et confronter les résultats trouvés.
- un contrôle externe: un groupe de spécialistes évalue non seulement les compétences
humaines, mais aussi le matériel et l'organisation du laboratoire. Des échantillons sont testés
dans un laboratoire de référence.
L'ensemble de ces contrôles doit aboutir à des actions de prévention des erreurs;
depuis le prélèvement des échantillons jusqu'au report des résultats. Les mesures de contrôles
doivent être régulièrement effectuées.
2.3 Le Prescripteur.
Il constitue un maillon important de la chaîne transfusionnelle. En contact avec le
receveur, c'est lui qui décide de la nécessité de transfuser, ceci, après analyse comparée du
bénéfice et des risques encourus par le patient. Les transfusions de « complaisances» doivent
êtres abandonnées.
Les liquides de remplissage seront préférés autant que faire se peut[8].
2.4 Le receveur
Déjà victime de la maladie responsable de son anémie, c'est lui qui doit recevoir les
produits sanguins avec tous les risques que cela implique. Tous les autres maillons de la
chaîne doivent se mobiliser pour lui assurer la sécurité dont il a droit. La compatibilité dans le
8

système ABO et rhésus doit être respectée. Chez les patients appelés à recevoir des produits
sanguins plusieurs fois, l'investigation immunologique doit être plus poussée.
Un test de compatibilité direct au lit du malade est obligatoire avant toute transfusion[31].
3 HEMOVIGILANCE [62].
C'est un concept récent qui se défini comme : " l'ensemble des procédures de
surveillance organisées depuis la collecte du sang et de ses composants jusqu'au suivi des
receveurs, en vue de recueillir et d'évaluer les informations sur les effets inattendus ou
indésirables résultant de l'utilisation thérapeutique des produits sanguins labiles (PSL) et d'en
prévenir l'apparition."[62].
Son objectif est de recueillir, analyser et diffuser l'information concernant tous les niveaux de
la chaîne transfusionnelle, afm de permettre une prise de décision à temps utils.
c'est le premier système intégré de surveillance épidémiologique des produits sanguins
labiles, et de ce fait il permet d'estimer l'incidence et la prévalence des événements pertinents
(effets indésirables ou inattendus).
Les informations pertinentes sont relevées et transmises à un niveau central par tout personnel
médical ou paramédical qui constate un problème chez son malade.
Son caractère intégré et continu le différencie des études cliniques ponctuelles dont les
résultats ne sont souvent disponibles que très tard après la survenue d'un nombre élevé de ces
événements inattendus.
Le rôle de cette surveillance épidémiologique est de détecter le plus tôt possible toute
augmentation du risque viral lié à la transfusion.
On
retrouve
un
parallèle
entre
l'hémovigilance
et
le
concept
plus
anCien
de
pharmacovigilance. Cette dernière notion intègre d'ailleurs la surveillance des produits
sanguins stables.
L'installation d'un système d'hémovigilance est une nécessité absolue pour tout pays où
il y a transfusion de produits sanguins labiles [62].
9

4. QUELQUES MALADIES INFECTIEUSES TRANSMISES PAR LE
SANG.
Théoriquement, toute affection qu'elle soit parasitaire virale ou bactérienne qui
occasionne à un moment donné de son évolution le passage de ses agents infectieux dans la
circulation sanguine (bactériémie) peut être transmise par la transfusion sanguine. On abouti
donc à un nombre élevé de pathologies dont le dépistage devrait être systématiquement assuré.
Mais la prévention ayant un coût, le dépistage est souvent réservé en priorité aux maladies les
plus graves et de ce point de vue on conçoit que des maladies comme les hépatites virales B et
C, la syphilis, et plus encore le VllI/SIDA soient considérées en premier.
4.1. L'HEPATITE VIRALE B (VHB).
4.1.1 Quelques aspects épidémiologiques.
C'est une maladie cosmopolite. Elle concerne environ 1 milliard d'individus dans le monde,
dont 300 millions sont porteurs chroniques[21]. Sa prévalence est variable selon les régions.
On distingue :
- Une zone de basse endémicité; constituée des pays d'Europe de l'Ouest, d'Amérique du
Nord, de l'Australie, où la prévalence de l'Ag HBs est comprise entre 0,1 et 0,5%.
- Une zone de moyenne endémicité; (Bassin Méditerranéen, Moyen Orient, Amérique du Sud,
Pays de l'Est) où la prévalence HBs est comprise entre 2 et 7% de la population.
- Une zone de haute endémicité; Chine, Asie du Sud, Afrique au sud du Sahara, où la
prévalence est située entre 8 et 15%, parfois plus.
4.1.2 L' Agent pathogène.
4.1.2.1 Morphologie, Structure et Antigènes [,7,16,18,66].
Il s'agit d'un virus enveloppé à ADN bicaténaire partiellement circulaire appartenant à
la famille des HEPADNAVIRUS. Le virion complet, encore appelé particule de Dane mesure
environ 42 nanomètres de diamètre.
Il est constitué de l'extérieur vers l'intérieur par:
(a) Une enveloppe de nature lipoprotidique. Elle renferme l'antigène de surface du virus(Ag
HBs) qu'on appelle aussi, antigène Australia.
10

Dans le sérum de malades atteints d'hépatite B, on peut retrouver des fragments d'enveloppe
vides, sous forme de sphères ou de bâtonnets très riches en Ag HBs.
(b) Une capside ou core du virus. De nature protéique, la capside a une symétrie cubique. Elle
protège le matériel génétique viral et les enzymes indispensables à l'activité du virus dont les
deux plus importantes sont, L'ADN Polymérase, et la Protéine Kinase. L'ADN Polymérase
est ARN dépendant et se caractérise par une activité Transcriptase Reverse. Cette capside
renferme deux spécificités antigéniques qui induisent chez le sujet infecté la production
d'anticorps.
Ce sont:
- l'Antigène HBc(Ag HBc); c'est l'antigène central du virus et elle entraîne la production
d'anticorps anti-HBc. Cet antigène ne peut être isolé que dans les hépatocytes infectés.
- l'Antigène HBe, qu'on peut retrouver dans le sérum et qui entraîne aussi la synthèse
d'Anticorps anti-HBe. C'est un marqueur de la réplication active du virus et sa présence signe
une contagiosité maximale du sujet[ 18].
4.1.3 Modes de transmission.
4.1.3.1 la transmission sexuelle
le virus a été isolé dans les sécrétions vaginales, menstruelles et dans le sperme de
sujets atteints d'hépatites. La transmission sexuelle se fait à la faveur du contact de ces
sécrétions avec les lésions des muqueuses, au cours de rapports homo ou hétérosexuels. Le
risque de contamination est aggravé par la présence d'autres maladies sexuellement
transmissibles(MS T).
4.1.3.2 La transmission par le sang et ses dérivés
le déclenchement d'une hépatite après transfusion sanguine est reconnu depuis très
longtemps être lié à des agents viraux. Avant les années 1970, près de 60% des hépatites post
transfusionnelles en France étaient dues au virus B[21]. Tous les produits sanguins
transfusionnels à l'exception de l'albumine peuvent transmettre la maladie s'ils sont infectés.
Il faut noter que O,OOlml de plasma infectieux suffisent à transmettre la maladie.
Le matériel médico-chirurgical ou ménager souillé par un liquide biologique infecté est
responsable
de
contamination
accidentelles
lorsque
mal
stérilisé.
La
toxicomanie
intraveineuse avec échange de seringue est particulièrement importante comme mode de
contamination dans les pays développés.
11

4.1.3.3 Transmission mère-enfant
la transmission verticale occupe une place importante dans la propagation de la maladie. La
contamination de l'enfant peut se faire au cours de la grossesse, pendant l'accouchement, ou
après la naissance. Le risque de transmission au foetus est de 25 et 80% au deuxième et
troisième trimestre [21].
4.1.3.4 Transmission par la salive
La promiscuité constitue un risque certain de propagation de la maladie. La salive joue un rôle
important dans ces cas, et explique la propagation horizontale dans les familles et les
collectivités fermées[ 18].
4.1.4 Physiopathologie [58J
Après pénétration du virus dans l'organisme, celui-ci est véhiculé par le courant
sanguin jusqu'au foie où il infeste les hépatocytes. La réplication du virus à l'intérieur de ces
hépatocytes entraîne l'apparition à leur surface d'antigènes viraux. Les cellules du système
immunitaire vont alors reconnaître les hépatocytes infectés comme étrangers à l'organisme et
les détruire. Selon les individus, cette réaction immunitaire suivie d'hépatocytolyse peut être
modérée ou forte, adéquate ou inadaptée, déterminant l'intensité des manifestations et les
différentes formes cliniques observées.
4.1.5 CLINIQUE [7, 11,58,J
Quel que soit le mode de contamination, l'hépatite B peut:
- Passer totalement inaperçue ou se résumer à quelques désordres cliniques transitoires; ce
sont les formes asymptomatiques et elles représentent près de 90% de l'ensemble des
hépatites B[7];
- Réaliser des formes aiguës, qui vont de la forme aiguë bénigne à la forme aiguë fulminante
(2 à 3%) trop souvent mortelle.
L'évolution de la maladie, en dehors des cas mortels, se fait vers la guérison ou vers une
hépatite chronique.
On parle d'hépatite chronique lorsque des troubles persistent plus de six mois après l'épisode
aiguë. Dans sa forme active, l'hépatite chronique présente le risque majeur d'évoluer parfois
vers la cirrhose puis le cancer primitif du foie[7,58].
12

4.1.6 DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE.
4.1.6.1 Diagnostic non spécifique.
Des tests non spécifiques, tel le dosage des transaminases hépatiques permettent
d'avoir une présomption diagnostique et peuvent constituer un élément important en matière
de sécurité transfusionnelle. Dans les pays nantis, une élévation de ces transaminases est un
critère d'exclusion au don de sang[18,70].
4.1.6.2 Diagnostic spécifique.
Le diagnostic biologique spécifique d'une hépatite B consiste à mettre en évidence les
différents marqueurs du virus (Antigènes et Anticorps) qui peuvent apparaître au cours de
l'infection.
4.1.6.2.1 Evolution des marqueurs de l'hépatite B.
(a) Ag HBs et Ac anti HBs.
L'Ag HBs apparaît dans le sérum après une incubation de 1 à 3 mois et précède souvent les
signes cliniques de 2 à 4 semaines. Il disparaît en 1 à 3 mois en cas d'évolution favorable de la
maladie. Des anticorps anti HBs protecteurs apparaissent plus tard chez un certain nombre des
sujets.
Entre la disparition de l'Ag HBs et l'apparition des Ac correspondants, il existe un intervalle
de 2 à 16 semaines appelé « fenêtre ». Dans cet intervalle, le sujet est Ag HBs négatif bien
qu'i! soit potentiellement infectieux. Cette fenêtre peut constituer une entrave à la sécurité
transfusionnelle, lorsque le dépistage n'utilise que l'antigène de surface HBs[16].
(b) Ac anti HBc et Ag HBc.
L'Ag HBc n'apparaît jamais dans le sang, mais induit la production d'Ac anti HBc; d'abord
sous forme d'IgM, puis d'IgG. Ces Ac anti HBc apparaissent précocement, bien avant l'Ag
HBs et sont présents durant toute la « fenêtre ». Ils constituent ainsi un marqueur fidèle d'un
contact avec le virus[18].
(c) Ag HBe et Ac anti HBe.
L'Ag HBe apparaît en même temps que l'Ag HBs. Il indique une réplication virale active et
donc un état de contagiosité maximale. Sa disparition est suivie ou non d'une production d'Ac
spécifiques.
4.1.6.2.2 Mise en évidence des Marqueurs du VHB.
Les méthodes immunologiques anciennement utilisées, basées sur les phénomènes
d'immunoprécipitation, immunohémolyse ou sur l'agglutination
ont été abandonnées au
13

profit de techniques plus sensibles et plus spécifiques. Ces dernières font appel à des enzymes
ou à des radio éléments pour révéler la réaction immunologique.
- Techniques immunoenzymatiques.
Elle font appel à la méthode ELISA dont les principes généraux sont décrits plus loin dans le
chapitre, dépistage du Vlli.
Les nombreuses trousses permettent de dépister l'Ag HBs, les Ac anti HBs, l'Ag HBe, les Ac
anti HBe et les Ac anti HBc (IgM ou totaux).
Pour le dépistage de l'Ag HBs, des tests rapides d'apparition récente permettent à présent
d'obtenir un résultat en 10 à 15 minutes.
4.2 LES VIRUS DE L'IMMUNODEFICIENCE HUMAINE (VIH).
4.2.1 Rappel historique.
Les virus de l'immunodéficience humaine comme leur nom l'indique sont responsables chez
l'homme d'un déficit immunitaire engendrant le Syndrome Immunodéficitaire Acquis(SIDA).
- les premiers cas de la maladie ont été signalés aux Etats Unis d'Amérique(USA) en 1981
dans le milieu homosexuel.
L'étiologie virale est suspectée dès décembre 1982. La mise en évidence du virus interviendra
en 1983, et est attribuée à l'équipe du Pr. Luc Montagnier en France. Le premier virus isolé
est successivement appelé LAV, HTLV4, ARV, jusqu'à ce que l'Organisation Mondiale de la
Santé(OMS) accorde les différents milieux scientifiques pour le nommer Vllil [66].
En 1986, un second virus est isolé chez des sujets souffrant de SIDA mais qui s'avéraient
séronégatifs au Vllil. Il est appelé Vlli2.
4.2.2 Epidémiologie.
L'infection à Vlli est une pandémie. L'OMS estimait en 1995 que 18,5 million de personnes
étaient porteuses du virus[5ü]. L'Afrique au sud du Sahara est la zone la plus touchée (11 des
18,5 millions de sujets infectés y vivent)[50]. La prévalence de la maladie y est élevée (entre 5
et 10% )[50]. En Europe, sa prévalence est relativement faible. En 1991 en France, Fournel
estimait cette prévalence entre 0,1 et 1/1000[20]. La prévalence chez les donneurs est à
l'image de celle de l~ population; faible dans les pays du Nord, élevée dans les pays sous
développés[59].
La transmission sexuelle est prépondérante, mais le sang et ses dérivés ont aussi une grande
responsabilité dans la propagation de la maladie[3]. En 1990, 60 à 90% des hémophiles aux
14

Etats-Unis étaient touchés, 38% en France[23]. En Côte d'Ivoire Ouattara S.A. notait une
séroprévalence Vlli de 22,4% chez des enfants drépanocytaires polytransfusés[90].
4.2.3 Biologie du virus.
Les virus de l'immunodéficience humaine appartiennent à la famille des Retroviridae
caractérisée par leur génome à ARN (acide ribonucléique) et par la présence d'une enzyme
appelée Transcriptase Inverse ou Transcriptase Reverse. Ils appartiennent au genre
Lentivirinae car responsables d'infection lente et chronique[22,66].
4.2.3.1 Morphologies.
Au microscope électronjque, les virus de l'lmmunodéficience Humaine (Vllil et VIH2) dans
leur forme mature se présentent comme des sphères de taille d'environ lOOnm[22,66]. Ce
sont des virus enveloppés. Des formes immatures peuvent se voir, soit à la surface des cellules
infectées sous formes de bourgeons, soit dans le sang circulant.
4.2.3.2 Structure moléculaire.
- Enveloppe virale et protéines d'enveloppe
L'enveloppe est acquise par bourgeonnement à la surface des cellules infectées aux dépends
de la membrane plasmatique de ces cellules. Elle est formée d'une double couche lipidique
dans l'épaisseur de laquelle se trouve encastrées en grand nombre des formations de nature
glycoprotéique(glycoprotéine transmembranaire/Gp). Ces formations se prolongent au dessus
de la surface de l'enveloppe par des masses en forme de bouton qui donnent au virus un
aspect hirsut.
Ces masses sont aussi constituées de Glycoprotéines(ce sont les protéines externes) et elles
jouent un rôle important dans l'adhérence du virus aux cellules cibles.
- Nucléocapside ou core.
Entouré par l'enveloppe, le nucléocapside constitue une masse dense en forme de trapèze ou
de barreau.
li comprend: les protéines internes(P) du virus, le génome viral, et les différentes enzymes
nécessaires à sa réplication, notamment la Transcriptase Inverse.
- Le génome des virus.
Le matériel génétique des virus Vlli est constitué de deux brins d'ARN monocaténaire
auxquels est intimement attaché la Transcriptase Inverse.
le génome est formé de trois régions essentielles appelées respectivement gag. (pour group
antigen), pol.(pour Polymérase), et env.(pour Enveloppe).
Ces trois régions codent
15

respectivement pour les antigènes de la Nucléocapside, la Transcriptase Inverse, et les
protéines de surface du virus.
A chaque extrémité de l'ADN proviral il existe une séquence identique de taille variable
appelée Long Terminal Repeat(LTR). La séquence LTR pennet au provirus(ADN) de
s'intégrer dans le génome de la cellule hôte.
En plus des trois gènes classiques, le génome du Vlli contient de nombreux autres
gènes impliqués dans la régulation de l'expression des protéines virales, et modulant la
multiplication du virus dans la cellule hôte.
Une particularité du génome des virus Vlli est sa grande variabilité. Contrairement à
ce que l'on pourrait penser, les deux sous types de virus humains Vllil et Vlli2 ne seraient
pas si proches l'un de l' autre[66].
Les variations génétiques entre les deux sous types du virus prédominent surtout au niveau du
gène env qui serait particulièrement susceptible aux mutations. Ces mutations surviennent lors
de la réplication virale[25]. Cette diversité génétique ne s'arrête pas seulement entre les deux
sous types. En effet, à l'intérieur de chaque sous type il existe d'autres variations moins
importantes. Il semble même que chez un même individu il puisse exister plusieurs variants
du même virus[27].
Il résulte de cette variabilité deux grandes conséquences: difficultés à l'élaboration
d'un vaccin, et quelques fois au diagnostic biologique de l'infection.
- Les enzymes.
Les virus Vlli possèdent de nombreuses protéines à activité enzymatique. En plus de la
Transcriptase Inverse, on a l'Endonucléase ou Intégrase, et l' Aspartyl protéase. Ces enzymes,
codées par le gène pol jouent un rôle important dans la réplication du virus.
Les protéines codées par les différents gènes sont récapitulées dans le tableau 3
16

Tableau 3: gènes et protéines des virus VIHI et VIH2.
Gènes
PROTEINES
CODEES
responsables
VIHI
VIH2
gag
Nucléocapside
Nucléocapside:P26; P16; Pl2
- P25; PIS; Pl3
Glycoprotéine
Glycoprotéine
transmembranaire(GP4l *)
transmembranire : GP36*
env
Glycoprotéine-externe:
Glycoprotéine-externe :GP 105
GPllO* et GP120*
T Réverse : P5l-P68
pol
Endonucléase : P34
idem
Protéase viral : P 12
* glycoprotéines (Gp) spécifiques à chaque type de virus.
Le pouvoir antigénique de ces protéines détermine l'intensité des réactions de défense de
l'organisme infecté.
Une étude de ESSEX S.M. et Coll. en 1985 citée par SANGARE L.[66] classe l'antigénicité
relative des protéines des virus vœ chez l'homme de très faible, modérée, à très forte (tableau
4).
Tableau 4: Protéines VIH et leur force immunogénique chez l'homme.
Gène
Protéines
Source
Antigénicité relative
viral
(antigènes)
chez l'homme
ENV
GP160
cellules infectées
Forte(très)
GP120lll0
enveloppe virale
Forte(très)
GP4l
enveloppe virale
Forte(très)
GAG
P55
cellules infectées
Modérée
P17; P15; P24/25*
Core
Modérée à Forte(*)
17

4.2.4 Physiopathologie de l'infection à VIH.
4.2.4.1 Les cibles du virus et ses conséquences.
Les virus de l'immunodéficience humaine ont un tropisme particulier pour certaines
populations cellulaires de l'organisme humain. Ce tropisme s'expliquerait par leur
haute
affmité pour la molécule CD4 située à la surface de ces cellules. Cette molécule a été
identifiée comme récepteur principal de ces virus[22,72] et toute cellule qui exprime à sa
surface ce récepteur peut être infectée.
Ce sont principalement:
- Les lymphocytes T «Auxiliaires» : cette sous population de lymphocytes présente
effectivement à leur surface de grandes quantités de la molécule CD4 et sont par conséquent
les plus sensibles aux Vlli [28].
- Les macrophages et les monocytes dont environ 44% présentent le récepteur CD4[22,66,72].
Ces cellules permettent par ailleurs la diffusion du virus dans les différents tissus du fait de
leur grande mobilité.
- Les lymphocytes B.
Environ 5% de ces lymphocytes producteurs d'anticorps expriment la molécule CD4[72].
- Les cellules gliales du cerveau dont l'infestation entraîne des désordres neuro-psychiques
chez certains patients[66]
- Les cellules de Langherans de la peau constitueraient aussi un réservoir du virus.
- Autres cellules cibles.
L'étendue des cibles du virus augmente à mesures de la recherche; des cellules n'ayant pas le
récepteur CD4 pouvant être infectées (Fibroblastes, cellules chromaffines de l'intestin).
L'atteinte de toutes ces cellules et des tissus va aboutir à un dysfonctionnement
généralisé des systèmes de défense de l'organisme avec pour corollaire l'apparition du SIDA.
4.2.4.2 Réactions de l'hôte à la présence du virus.
Le système immunitaire de l'organisme infecté réagit à la présence du VIruS en
produisant des anticorps dirigés contre les différentes protéines virales. L'intensité et la
spécificité de cette réaction dépendent de la « force» immunogénique de chaque protéine mais
aussi de sa spécificité (tableau 4). Cependant, il faut un certain temps pour que la production
d'anticorps s'installe et soit détectable par les tests actuellement disponibles. Cette « fenêtre
sérologique» ou période de séroconversion occupe une place capitale en matière de sécurité
transfusionnelle.
18

4.2.4.2.1 Le délai de la séroconversion [22,38J
C'est la période qui s'écoule entre la contamination du sujet et l'apparition d'une
quantité détectable d'anticorps.
Le délai de séroconversion varie selon les individus, mais aussi selon la charge virale
infectante. Les différentes études donnent des délais allant de 1 à 8 semaines avec des délais
extrêmes de plus de 6 mois. Une étude de RANKI A., citée par LEPaN F. dit que le délai de
séroconversion ne dépasse jamais une année. Un consensus est arrêté sur un délai moyen à 6
semailles.
L'étude de LE PONT F. et Coll.[38] basée sur des modèles mathématiques a donné les
résultats suivants:
Tableau 5; Fréquence cumulée(%) du délai de séroconversion pour différentes valeurs des paramètres de la
distribution log normal. (ex: si la moyenne du délai de séroconversion est de 2 mois et l'écart type 0,3 mois, alors 99% des
sujets developpent des Ac en moins de 3 mois.)
moyenne
standard
nombre de mois après infection
(en mois)
0,5
1
2
3
4
5
6
1
0,3
3
59
99
100
100
100
100
1
1,0
3
66
90
96
98
99
100
2
0,3
0
0
56
99
100
100
100
Il faut noter que pendant cette phase de latence la forte antigénémie P24 liée à une
réplication intense du virus peut aider au diagnostic précoce de l'infection.
4.2.4.2.2 Evolution des marqueurs biologiques au cours de l'infection à VIH.[47J
Le schéma 1 donne l'évolution hypothétique des marqueurs biologiques de l'infection à vrn:
dans le temps.
4.2.5 Modes de transmission.
4.2.5.1 Transmission sexuelle.
La transmission par voie sexuelle a été rapidement identifiée grâce aux résultats
concordants de nombreuses études épidémiologiques[28]. Le SIDA est une Maladie
Sexuellement Transmissible(MST). Des études de laboratoire ont montré la présence du virus
dans les différentes sécrétions génitales de sujets infectés[72,73] . Cette transmission sexuelle
est due au contact de ces sécrétions infectantes avec les microlésions occasionnées par les
rapports sexuels. Le risque est amplifié en cas d'ulcérations génitales telles qu'elles se voient
19

au cours d'autres MST. On estime aujourd'hui que 80% des cas d'infection à VllI dans le
monde sont dus à une transmission sexuelle[47].
4.2.5.2 Transmission par le sang et ses dérivés.
La transmission est directe au cours de la transfusion de sang, de produits sanguins et lors des
greffes d'organes.
La preuve de la transmission du VllI par le sang et ses dérivés est faite. De nombreux cas de
SIDA post transfusionnel ont été relatés[22,23,28]. Selon différents auteurs 89 à 100% des
receveurs de sang contaminé deviennent séropositifs[9,28,61]. Tous les produits sanguins
peuvent en être vecteurs, notamment les produits sanguins labiles qui restent non stérilisables.
Les dérivés stables ont été aussi responsables de contaminations avant l'introduction des
mesures de stérilisation[24].
La transmission par le sang et ses dérivés représentent 10% des cas de VllI chez l'adulte en
Afrique. Cette proportion selon PETER PlOT atteindrait 25% chez l'enfant africain[61].
Le matériel souillé.
Les objets tranchants souillés par du sang ou tout autre liquide biologique infectant peuvent
transmettre la maladie. C'est ainsi que:
aiguilles et seringues ont été l'un des modes important de dissémination de la maladie,
expliquant la forte prévalence observée chez les toxicomanes intraveineux où l'échange de
seringues était pratiqué sans précautions[28]. Les seringues ont exposé aussi le personnel de
santé, soumis parfois aux piqûres accidentelles. Une étude américaine évalue le risque de
contamination par piqûre à environ 0,35%[28].
- matériel chirurgical, objets ménagés
De même que pour les seringues, le matériel chirurgical mal stérilisé a exposé patients et
praticiens.
Des pratiques comme la circoncision, l'excision,
tatouages et perçages, telles qu'elles se
passent dans nos pays peuvent véhiculer la maladie, le matériel étant utilisé sur de nombreux
sujets sans stérilisation préalable.
4.2.5.3 Transmission de la mère à l'enfant.
Le taux de transmission verticale varie selon les études et selon les pays: il serait de 13 à 32%
dans les pays industrialisés contre 25 à 48% dans nos pays en voie de développement[22]. La
contamination de l'enfant se fait in utero, pendant l'accouchement ou pendant l'allaitement.
20

- In utero
Cette voie serait responsable d'environ 1/3 des transmissions verticales.
On pense que l'atteinte foetale se fait vers la fin de la grossesse.
- Au moment de l'accouchement.
La contamination au moment de l'accouchement se ferait,
soit par le biais des
microtransfusions de la mère à l'enfant observables pendant le travail, soit par voie ascendante
(l'enfant pouvant inhaler ou déglutir des sécrétions de la filière obstétricale contenant le virus)
[22].
- Au cours de l'allaitement.
La présence du virus dans le lait maternel a été établie. De plus, des études effectuées chez des
femmes contaminées après leur accouchement et qui ont néanmoins infecté leur enfant sont
venues confirmer le rôle du lait comme voie de transmission[22].
4.2.5.4 Autres modes de transmission.
Il faut rappeler que tous les liquides biologiques peuvent contenir le virus à des degrés divers,
et leur contact avec une peau ou une muqueuse lésée est potentiellement dangereux.
4.2.6 CLINIQUE.
4.2.6.1 LA Primo-infection. [22]
Après contamination, seul 30% des sujets présenteront des manifestations cliniques
sous forme d'un syndrome mononucléosique et ou d'autres signes non spécifiques et variés.
Dans le reste des cas, la primo infection passe inaperçue[22].
Elle se caractérise sur le plan biologique par une forte réplication rétrovirale avec antigénémie
P24[22]. Cette antigénémie n'est pas toujours détectable, et précède la séroconversion.
4.2.6.2 L'infection chronique.
Les virus Vlli sont responsables d'infections lentes et chroniques avec une présence continue
et permanente du virus dans l'organisme. Cette phase d'infection chronique va s'étaler sur un
délai plus ou moins long de façon plus ou moins asymptomatique avant d'atteindre le stade de
SIDA. Les taux de progression actuels vers la maladie après contamination sont estimés à 2%
à 2 ans, et environ 52% à 11 ans. Cette progression serait plus rapide (50% à 7 ans) si la
contamination s'est faite par la transfusion sanguine[22].
21

4.2.7 Diagnostic biologique.[47 J
Depuis son apparition, des progrès importants ont été réalisés en ce qui concerne le
diagnostic biologique du Vll-I/SIDA. On distingue des méthodes directes et indirectes.
4.2.7.1 Diagnostic direct.
Ce sont des techniques très coûteuses et peu rentables en matière de transfusion
sanguine. On y cite: la détection de l'antigène P24, la culture suivie d'isolement du virus,
l'hybridation moléculaire ou Polymérase Chain Réaction (PCR).
4.2.7.2 Diagnostic indirect ou sérodiagnostic.
Le sérodiagnostic consiste à rechercher chez lll1 sujet la présence d'anticorps spécifiques anti
Vlli témoin de la présence du virus dans son organisme. Les techniques utilisées, fort
nombreuses et d'exécution plus ou moins aisée sont classées en tests de dépistage et tests de
confirmation.
4.2.7.2.1 L 'immunojluorescence indirecte.
Sur des lames de verre, on fixe des lymphocytes infectés par le virus.
On rajoute le sérum du malade; les Ac spécifiques se fixent sur les Glycoprotéines virales
présentes à la surface des cellules. On révèle la réaction antigène-anticorps par addition d'lll1e
antiglobuline humaine marquée par la fluorescéine. La lecture se fait aux ultra violets. Une
réaction positive se traduit par lll1e fluorescence verte en périphérie des cellules.
4.2.7.2.2 Technique ELISA.
C'est la technique de dépistage du Vlli/SIDA la plus utilisée actuellement. Elle combine des
réactions immlll1ologiques et enzymatiques. Le champ d'application de cette technique est très
large.
Ces tests ont évolué rapidement, gagnant en sensibilité et en spécificité. Il existe deux types de
tests ELISA: le type « sandwich », et le type « compétition ».
Principes des tests ELISA :
Pour la mise en évidence des anticorps anti Vlli dans lll1 sérum donné,
* Des Ag spécifiques sont fixés sur lll1 support solide (micro puits, micro billes).
* Le sérum à tester est dilué et mis en incubation en présence des Ag fixés sur le support au
cours d'lll1e première étape. Si le sérum contient les Ac correspondants, ceux-ci se fixeront sur
les Ag.
* après lavage soigneux du support pour éliminer les Ac non fixés sur l'Ag, on ajoute le
« Conjugué» qui est constitué d'anticorps anti globulines humaines auxquels on a fixé lll1e
22

enzyme. Ces antiglobulines humaines vont se fixer aux Ac déjà présents sur le support. Une
deuxième incubation suivie de lavage soigneux est faite.
* Pour révéler la réaction Ac-Ag, un substrat incolore est additionné, lequel se transforme en
substance colorée sous l'action de l'enzyme présente sur l'antiglobuline. L'intensité de cette
coloration est fonction de la quantité d'Ac spécifiques retenue sur les Ag et la densité optique
est lue au spectrophotomètre.
La durée et les conditions de température des incubations sont définies par le fabricant de la
trousse.
(a) technique « sandwich»
Dans l'ELISA « Sandwich» le conjugué est un antigène couplé à une enzyme. Cet antigène se
fixe sur les anticorps anti vœ du sujet, qui sont pris en sandwich entre deux antigènes ( celui
du support solide et celui du conjugué) .
(b) ELISA de « compétition»
Dans la méthode par compétition, le conjugué est un Ac anti vœ auquel on a fixé une
enzyme. Le sérum à tester est mis en présence de l'antigène du support au même moment
que le conjugué. Une compétition s'engage entre les Ac présents dans le sérum et les Ac
couplés à l'enzyme pour un nombre réduit de sites antigéniques. La coloration après
révélation est ici inversement proportionnel à la quantité d'Ac présent dans le sérum testé.
Les tests ELISA de première génération, qui faisaient appel à des Ag viraux natifs ont
été abandonnés au profit des tests de deuxième et troisième génération qui utilisent comme
antigènes des protéines recombinantes et des peptides de synthèse.
La plupart de ces tests dépistent simultanément les deux types de virus du SIDA.
4.2.7.2.3 Les tests de dépistage rapide.
Dans ces tests, la visualisation de la réaction antigène-anticorps se fait plus vite que dans les
tests ELISA. Ils sont facilement réalisables sans appareillage sophistiqué mais n'offrent pas le
même niveau de sécurité que l'ELISA[22].
4.2.7.2.4 Les tests de confirmation.
a) l'Immuno Analyse en Ligne.
Ces tests s'appuient sur plusieurs réactions de type ELISA pratiquées simultanément avec des
antigènes viraux différents, dissociés, caractérisés et fixés sur un support solide en forme de
bandelette[47]. Ce qui permet de donner pour chaque sérum, un profil de réponses anticorps
au lieu de la réponse unique des tests ELISA classiques. Il y aura donc moins de faux
23

positifs[22]. C'est le cas par exemple du Western Blot (WB) qui demeure la référence de
l'OMS en matière de confirmation de l'infection à Vlli.
b) Autres méthodes de confirmation.
Les techniques de diagnostic direct (culture virale, PCR, IFA), la radio immunoprécipitation
(RIPA) peuvent être utilisées pour la confirmation, mais elles relèvent du domaine de la
recherche et ne sont pas applicables en routine.
4.2.7.3 Stratégies de diagnostic[9,50,52]].
La stratégie de dépistage de l'infection à Vlli varie selon l'objectif du test et la
prévalence de l'infection dans la population à laquelle elle s'applique.
Quand la prévalence de l'infection dans la population augmente, la proportion
d'échantillons donnant un résultat faussement négatif augmente [50].
En matière de transfusion sanguine seuls les tests ayant une sensibilité élevée doivent être
utilisés[9,50,52] .
L'OMS a donc défmi trois stratégies (I, II, ID) de dépistage qui répondent à ces différentes
conditions (Tableau 6).
24

Tableau 6. Stratégies de diagnostic de l'infection à vœ selon l'objectif du test et la prévalence de l' 'infection dans la population telles que
proposées par l'ONUSIDA et l'OMS, 1997 (source[53})
Méthodes
Niveau acceptable des erreurs des tests4+
de collecte
Prévalence
du sang pour
Faux
Faux
de l'infection
Stratégie ~
Objectifs du test*
le diagnostic Vlli
positifs
Négatifs
à vœ
diagnostique
Transfusion
Systématique et confidentiel
Faible
Minime
Toute prévalence
l
Sérosurveillance
Anonyme non corrélé
Faible
Faible
>10%
l
"
"
"
s 10%
II
Diagnostic individuel
Signes évocateurs de Vlli
Volontaire et confidentiel
Minime
Très faibles
s30%
II
"
"
"
>30%
l
Personnes
"
"
"
s 10%
ID
assymptomatiques
"
"
"
>10%
II
* Transfusion: minimiser les faux négatifs, maximiser alors la sensibilité, obtenir une valeur prédictive négative la plus forte possible.
Sérosurveillance : minimiseer les faux positifs, maximiser la spécificité, obtenir une valeur prédictive positive la plus forte
Diagnostic individuel: minimiser les faux positifs, maximiser la spécificité, obtenir une valeur prédictive positive la plus forte
4+ Pour atteindre les objectifs fixés, niveau des erreurs tolérées sur les résultats des tests: Faible> très faible > minime
~ 1: un seul test ELISA ou rapide est utilisé.
II : deux tests ELISA ou rapides en combinaison séquentielle (seuls les sérums réactifs à un premier test sont confinués par un second test)
III : trois tests ELISA ou rapides en combinaison séquentielle (seuls les sérums réactifs à un pnueier et à un second test sont confinués par un troisième)

4.2.7.4 Performances des tests de dépistage.
Aucune trousse de dépistage des Ac ne peut détecter l'infection Vlli à la phase pré-
sérologique, alors que le sujet est dangereux. Cependant l'usage de trousses performantes,
détectant d'infimes quantités d'Ac peut minimiser le risque de transmission de la maladie au
cours de la transfusion sanguine.
Les tests ELISA présentent l'avantage d'être très sensibles, spécifiques, et automatisables, et
la plupart affichent une sensibilité de 100% selon leur fabricant. Cependant, en raison de la
différence de contexte qu'il peut y avoir d'un pays à un autre, cette sensibilité doit être
évaluée à temps réels. C'est ainsi qu'une étude[41] du Centre Muraz a évalué les
performances de différentes trousses utilisées dans notre pays donnant les résultats suivants:
tableau 7.
26

Tableau7 (source[41D : Sensibilité, spécificité et valeurs delta des tests ELISA commerciaux de détection des anticorps sériques anti-Vœ évalués
au Burkina Faso sur un panel de 733 sérum, 1995-1997
Genelavia® Mixt
Enzygnost®
Vironostika®®
Murex lllV ®1 +2
ICElllV -
lllV Y2Plus
lllV Uni-Fonn II
1.0.2
Vrais positifs
275
275
275
275
275
Faux positifs
30
2
16
85
0
Vrais négatifs
428
456
442
373
458
Faux négatifs
°
0
0
0
0
Sensibilité (%)
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
IC à 95%*
98,3 - 100,0
98,3 - 100
98,3 - 100
98,3 - 100
98,3 - 100
Spécificité (%)
93,4
99,6
96,5
81,4
100,0
IC à 95%*
90,7 - 95,5
98,3 - 99,3
94,3 - 97,9
77,5 - 84,8
99,0- 100,0
Valeurs delta (8) des sérums**
WB -positif
+24,12
+ 17,40
+8,18
+17,36
+12,10
WB- négatif
-1,62
-1,29
-1,92
-0,54
-5,63
* le à 95% : Intervalle de confiance à 95%
** WB-positif: sérums confinnés positifs au Western Blot
WB-négatif: sérums confinnés négatifs au Western Blot
27

4.3 LA SYPHILIS.
La syphilis est une maladie infectieuse dont l'agent étiologique est une bactérie de la famille
des Treponemacae, du genre Treponema : en l'occurrence Treponema Pallidum ou
Tréponème pâle qui est responsable de la syphilis vénérienne et de syphilis endémiques. Deux
autres espèces; Tréponéma Pertenue et Tréponéma carateum sont aussi pathologiques pour
l'homme.
4.3.1 Epidémiologie
la syphilis vénérienne est la plus ancienne et la plus répandue des maladies sexuellement
transmissibles[69]. Elle sévit en générale dans les zones urbaines [69,66]. Sa prévalence qui
était en baisse au lendemain des années 1940 est de nouveau en augmentation dans le monde
entier[66].
A Dakar par exemple, le taux de cas de syphilis clinique est passé de 0,25% en 1973 à 16,25%
en 1979[66]. La maladie atteint surtout des individus âgés de 15 à 30 ans des deux sexes.
La syphilis congénitale suit l'épidémiologie de celle des adultes [69].
4.3.2 Biologie.
4.3.2.1 Morphologie.[7,55,66].
C'est une bactérie fme, hélicoïdale, à spires très serrées et régulières au nombre de 6 à 12,
mesurant de 4 à 161lm de long. elle est très mobile et se déplace en pas de vis; on dit qu'il
« twist ».
4.3.2.2 Structure et propriétés antigéniques.
Le tréponème pâle est constitué de l'extérieur vers l'intérieur :
- d'une enveloppe externe fragile à 3 feuillets, constituée de lipides, de protéines et de
polyosides, sous laquelle se trouve l'appareil locomoteur de la bactérie, fait de fibrilles
contractiles de nature protéique.
- du corps cellulaire, constitué d'une membrane pariéto-cytoplasmique, du cytoplasme, et du
noyau.
Le tréponème possède des structures antigéniques qui entraînent chez le sujet infecté
des réactions immunologiques, humorales, et cellulaires.
On distingue :
-les antigènes d'enveloppe dont la spécificité repose surtout sur la fraction Polyosidique.
- les antigènes de fibrilles qui sont spécifiques du genre tréponéma.
28

- les antigènes du corps cellulaire, de nature protéique et lipidique, parmi lesquels on trouve
principalement le cardiolipide de WASSERMAN.
4.3.3 Modes de transmission.
La syphilis est une maladie inter humaine. La fragilité du germe fait que sa
transmission nécessite un contact direct entre, une muqueuse ou une peau lésée et une source
de tréponèmes (chancre, syphilides, sang).
4.3.3.1 Transmission sexuelle.
Se rencontre dans la syphilis vénérienne qui est une MST. La contagion se fait au cours de
contacts sexuels par l'intermédiaire des lésions cutanéo-muqeuses. La transmission se fait
dans les deux sens.
4.3.3.2 Transmission mère-enfant.
Elle se fait par l'intermédiaire du placenta qui héberge le germe. Elle est responsable de la
syphilis congénitale dont la gravité n'est plus à démontrer[58,66].
4.3.3.3 Transmission par transfusion sanguine.
La syphilis entraîne un état de septicémie tréponémique surtout dans sa phase primaire et
secondaire. A ce titre, tout produit sanguin peut en être vecteur. Cependant sa fragilité
naturelle permet de limiter ce risque. En effet le tréponème est inactivé au bout de 72 heures
dans une poche de sang conservée à la température de 4°c ±2. Dans le plasma congelé il ne
résiste pas plus de 48 heures. La lyophilisation des produits sanguins le tue [1,21,66].
4.3.4 Physiopathologie.
Pathogénie.
Après inoculation à un point donné, le tréponème se multiplie localement et entraîne en 9 à 10
jours l'apparition d'une ulcération appelée chancre syphilitique qui cicatrise spontanément en
5 à 6 semaines.
Mais avant la cicatrisation, le germe diffuse dans l'organisme par VOle lymphatique et
sanguine entraînant une véritable septicémie tréponémique.
Cette septicémie va être responsable des lésions à distance observables au cours de l'évolution
de la maladie (lésions cutanéo-muqueuses, ganglionnaires, méningées, cardio-vasculaires).
L'organisme infecté se défend en produisant des anticorps qui feront disparaître les signes
cliniques de la maladie pendant une période plus ou moins longue; c'est la période de silence
clinique.
29

4.3.5 CLINIQUE [11, 66J.
4.3.5.1 La syphilis vénérienne.
Après une incubation silencieuse de 9 à 90 jours (en moyenne 21 jours) elle évolue en trois
stades avec généralement une période de latence entre deux stades.
· Syphilis primaire.
Caractérisée par l'apparition d'un chancre indolore et induré au point d'inoculation. Puis,
deux à cinq jours après ce chancre, apparaît une adénopathie satellite. Le chancre typique
cicatrise spontanément en 5 à 6 semaines.
· Syphilis secondaire.
La maladie passe à ce stade environ 45 jours après le chancre et se caractérise par un
syndrome ganglionnaire, cutanéo-muqueux, et général
En l'absence de traitement cette phase dure deux à trois ans puis s'installe un silence clinique.
· Syphilis tertiaire.
C'est le stade évolué de la maladie non traitée. Il est rare de nos jours; la penicillinothérapie
ayant considérablement changé le pronostic de la maladie. Il se caractérise par une atteinte
générale touchant le système nerveux central, le coeur, et les articulations.
4.3.5.2 Cas particulier de la syphilis post transfusionnelle.
Elle diffère de la syphilis vénérienne par l'absence de la phase primaire typique. Il n'y a pas de
chancre et le sujet passe directement en phase secondaire puis tertiaire.
4.3.6 Diagnostic biologique.
4.3.6.1 Le diagnostic direct.
Consiste à mettre directement en évidence le tréponème dans les lésions syphilitiques. On
utilise le microscope à fond noir. Le diagnostic direct n'est possible qu'à la phase primaire ou
secondaire de la maladie.
4.3.6.2 Le sérodiagnostic.
Il consiste à mettre en évidence chez un sujet, la présence d'anticorps anti tréponémiques. On
distingue deux groupes de réactions sérologiques.
4.3.6.2.1 Les réactions utilisant l'antigène Cardiolipidique.
Qui mettent en évidence la présence d'anticorps anti-cardiolipide encore appelés Réagines. On
dénombre entre autres:
30

4.3.&.2.1.1 la réaction de fixation du complément ou test de Kolmer.
C'est un test actuellement abandonné car très peu spécifique et d'exécution délicate.
4.3.&.2.1.2 Réactions d'agglutination.
Ici le cardiolipide est fixé sur de la lécithine, du cholestérol ou du charbon pour en augmenter
la réactivité. Plusieurs tests existent:
a) La réaction de Kline;
b) Le VDRL (VeneraI Discase Research Laboratory);
C'est le test d'agglutination le plus utilisé actuellement. Il offre les avantages de sa sensibilité
convenable, de son coût peu élevé, et de sa facilité d'exécution. La variante VDRL-charbon
ou RPR est plus utilisée que celles au cholestérol ou à la lécithine.
Tous ces tests présentent l'inconvénient de manquer de spécificité(nombreux faux positifs).
4.3.6.2.2 Réactions utilisant les antigènes tréponémiques.
Elles sont spécifiques et servent à la confirmation diagnostique.
Trois tests sont pratiqués:
4.3.&.2.2.1 Le test d'immobilisation de Nelson.
Il utilise des tréponèmes vivants qui seront immobilisés par la présence d'éventuels anticorps.
Sa spécificité atteint 100%.
4.3.&.2.2.2 l'immunofiuorescence Indirecte (lFI).
L'antigène (tréponème pâle) est fixé sur lame et mis
à réagir avec les Ac spécifiques
éventuellement présents dans le sérum du sujet. La réaction est ensuite révélée par une
antiglobuline humaine marquée par un fluorochrome.
4.3.&.2.2.3 Le TPHA(Treponema Pallidum Hemagglutination Assay).
C'est une réaction d'hémagglutination passive qui utilise des hématies de mouton,
sensibilisées par des tréponèmes. Sa spécificité atteint 99% [16].
4.3.6.3 Choix de la méthode diagnostique[66].
Pour être optimale, la méthode diagnostique doit être choisie en fonction du stade clinique de
la maladie.
Le tableau 8 donne une idée des méthodes de dépistage choisies selon le stade de la maladie.
31

Tableau 8. Méthodes de dépistage enfonction du stade de la maladie
Stade de la maladie
Diagnostic direct
Diagnostic indirect
Réagines.
IF, TPHA.
Nelson
Primaire
- début
+++
- Fin
+++
+
++
Secondaire
+
+++
+++
+++
Tertiaire
+/-
+++
++
32

...
DEUXIEME PARTIE:
NOT/RE ÉTUDE

ENONct DU PROBlLÈME
1

1. ENONCE DU PROBLEME
Au Burkina Faso, de nombreuses maladies pouvant être transmises par la transfusion
sanguine sévissent de façon endémique.
Aucune population n'est épargnée par l'hépatite B[66]. Le portage de l'Ag HBs a été trouvé à
21 % chez des femmes enceintes, 25,3% chez des enfants de moins de 10 ans, 17% chez des
adultes entre 20 et 39 ans[66].
La répartition de la syphilis est irrégulière. 30% de sujets atteints de MST ont été trouvé
positifs[66].
Le risque de transmission de ces maladies par le sang est d'autant plus réel, que la transfusion
sanguine dans notre pays comme dans beaucoup d'autres en voie de développement, ne fait
appel qu'à des produits sanguins labiles non stérilisables ( sang total, concentrés cellulaires
diverses, plasma frais congelé) et donc ayant un potentiel infectieux maximal.
De plus, l'avènement et la propagation exponentielle du Vlli/SIDA, venu s'ajouter aux
maladies « traditionnelles» déjà existantes (hépatites, syphilis, paludisme etc..) ont rendu
encore plus difficile la maîtrise de la sécurité
en matière de transfusion sanguine. Les
enquêtes ponctuelles réalisées dans différentes populations urbaines donnent une prévalence
VIH dépassant parfois les 10%[40]. Cette maladie grave, au dessus de tout recours
thérapeutique accessible à nos pays, et dont tout le monde a peur, a eu pour conséquences
entre autres, une réduction progressive des volontaires au don du sang [35,46].
Le manque chronique de donneurs de sang, combiné à l'accroissement des besoins en
produits sanguins n'autorise pas une sélection rigoureuse de ces donneurs.
L'insuffisance des moyens fmanciers constitue elle aussi un obstacle à une sécurité
transfusionnelle optimale (de nombreuses maladies, bien que reconnues graves ne font pas
encore l'objet de dépistage systématique dans notre pays ).
Face à de tels problèmes, il nous parait juste que des études, visant à mieux cerner
l'épidémiologie des principales affections transmissibles par le sang soit menées chez nos
donneurs, et qu'à terme, elles nous permettent de trouver des alternatives qui, sans trop gréver
les budgets alloués à la transfusion, renforcent la sécurité de l'acte transfusionnel.
Notre étude tente de répondre à ces objectifs.
33

OBJECTIFS
1
- - - - - - - - - - -

2. Objectifs de l'étude.
2.1 Objectif Généra/.
Identifier les zones de dysfonctionnements de la CHAINE TRANSFUSIONNELLE du
Centre Hospitalier National Sanou Sourô de Bobo Dioulasso, pouvant compromettre la
sécurité de la transfusion sanguine.
2.2. Objectifs spécifiques.
1- Décrire la population des donneurs de sang du CHNSS de Bobo Dioulasso ;
2- Déterminer les prévalences et incidences des affections; VIH, VHB ainsi que de la
SYPHILIS chez les donneurs de sang du CHNSS de Bobo;
3- Evaluer le risque résiduel pour ces différentes maladies;
4- Etudier les
« modalités» de la prescription des produits sanguins au niveau du
CHNSS.
5- Identifier un système de gestion des donneurs de sang pour une meilleur sécurité de
la transfusion à Bobo.
34

MÉTHODOLOGIE
1

3. METHODOLOGIE.
3.1 Cadre de l'étude.
3.1.1 Présentation du pays.
Le Burkina Faso est situé en plein Ouest Africain. C'est un pays enclavé limité: au nord par le
Mali, à l'ouest par la Côte D'Ivoire, au sud par le Ghana, le Togo et le Bénin, à l'est par le
Niger.
3.1.1.1 Données socio-économiques.
Plus de soixante langues sont parlées par une population estimée en 1993 à 9375813
habitants[44]. La langue officielle est le français et le taux d'alphabétisation était estimé à
16,5%[44].
3.1.1.2 Données sanitaires.
L'organisation du système sanitaire est pyramidale, avec du sommet à la base.
- deux Centres Hospitaliers Nationaux (CRN) à Ouagadougou et Bobo Dioulasso.
- onze Centres Hospitaliers Régionaux (CHR).
- des Centres Médicaux(CM) dont certains avec antenne chirurgicale(CMA)
- les Centres de Santé et de Promotion Sociale(CSPS)
Le taux de mortalité globale est de 17,5 pour 10000.
3.2 Lieux de l'étude.
3.2.1. La ville de Bobo Dioulasso.
Située à l'ouest du pays la ville comptait en 1994 environ 391993 habitants. C'est la
deuxième ville du pays, et le chef lieu de la province du Houet qui compte environ 848.487
habitants[45].
Les infrastructures sanitaires publiques comptaient en 1991,4 CSPS; 9 Dispensaires;
3 Maternités, une inspection médicale des écoles, et le Centre Hospitalier National Sourô
Sanou (CRNSS). Dans le privé on dénombrait: 21 cabinets de soins et 3 cliniques.
35

3.2.2 Le Centre Hospitalier National Sourô Sanou (CHNSS).
C'est le second hôpital de référence. Il couvre une population estimée à plus de deux million
d'individus. Le fonctionnement est assuré par un personnel de 346 membres dont 42 médecins
généralistes et spécialistes, 8 pharmaciens répartis dans les différents services.
3.2.3 La Banque de sang du CHNSS.
C'est le service chargé de la collecte, du traitement et de la distribution des produits sanguins.
Elle est dirigée par un médecin formé en transfusion sanguine.
3.2.3.1 Locaux et Equipements
Le service comprend:
- Le bureau du chef de service
- Un secrétariat où les donneurs sont accueillis et enregistrés
- Une salle de prélèvement équipée de 5 chaises adaptées à cet effet
- Une salle de repos pour les donneurs après le prélèvement, et où ils reçoivent leur collation.
- Un premier laboratoire équipé pour les groupages sanguins et la production de quelques
dérivés du sang
- Un second laboratoire qui fait aussi office de bureau, et qui est équipé d'une chaîne ELISA
complète pour la réalisation des autres analyses : à savoir le dépistage du vœ, VHB, VHC,
SYPHILIS.
- Une armoire frigorifique permet de stocker le sang d'où il sera distribué aux différents
services. Réactifs et échantillons sont conservés dans des congélateurs et des réfrigérateurs.
3.2.3.2 Le personnel
Le personnel se compose de :
- Deux médecins qui assurent le dépistage des maladies et la préparation des produits
sanguins,
- Quatre infirmiers brevetés qui assurent les prélèvements et les groupages sanguins et la
distribution des produits sanguins.
- Une fille de salle.
3.2.3.3 Les activités.
Deux systèmes de collecte du sang sont actuellement pratiqués:
- La collecte «mobile» pour laquelle le personnel se déplace sur les lieux de travail des
donneurs de sang (lycées, casernes, usines ).
36

- La collecte « fixe» pour les donneurs qui se présentent à la banque. Elle s'effectue tous les
jours ouvrables de 7 h à 9 h.
Le sang collecté est systématiquement testé pour le Vlli et l'Hépatite B. Aucun produit
sanguin n'est délivré non testé au Vlli et à L'Ag HBs. Le dépistage de la syphilis est
sporadique.
Il faut signaler que la banque de sang ne s'occupe pas que de donneurs. Les examens
biologiques qui s'y pratiquent sont aussi à la disposition de tout patient.
3.2.3.3.1 Circuit du donneur à la banque de sang
En moyenne cinq donneurs sont reçus chaque jour au niveau de la banque de sang.
Lorsque le donneur se présente, il est reçu au sécrétariat où il est emegistré, puis il passe
directement au niveau de la salle de prélèvement. Après le prélèvement, il passe à la salle de
repos où il prend sa collation. Le médecin de service n'est appelé à intervenir qu'en cas de
malaises chez un donneur. Il ne rencontre que rarement les donneurs au moment du don.
Seuls les médecins ont accès au régistre de sérologie. Les donneurs peuvent les rencontrer
chaque mardi et jeudi soir pour prendre leurs résultats.
3.3 Matériels et Méthodes.
3.3.1 Type d'étude.
Il s'agit d'une étude rétrospective portant sur une année, allant du 1 Janvier 1995 au 31
Décembre 1995.
3.3.2 L'Echantillonnage.
Notre échantillon est constitué de tous les dons de sang de l'année 1995 et de toutes les
demandes de produits sanguins de la même période.
Un total de 1800 demandes de produits sanguins et de 2842 dons de sang a été emegistré.
Les dons proviennent des deux types de collectes:
Les donneurs sont répartis en deux groupes.
* Les nouveaux donneurs : ce sont ceux qui ont donné du sang pour la première fois au
cours de la période d'étude, soit au cours d'une collecte mobile (nouveaux donneurs collecte
mobile) soit en collecte fixe (nouveaux donneurs collecte fixe).
* Les donneurs réguliers : ce sont les donneurs qui avaient au moins un don antérieur au
début de la période d'étude.
37

3.3.3 Collecte des données.
* Pour les dons de sang
Les données que nous avons étudiées ont été collectées à partir des différents registres des
donneurs tenus au niveau de la banque de sang : Registre de la collecte mobile, Registre des
nouveaux donneurs et principalement le «Registre de sérologie des donneurs» comportant
pour chaque don de sang les renseignements suivants:
- La date du prélèvement
- un numéro d'ordre d'inscription sur le registre
- le numéro de la carte de donneur
- les nom et prénoms du donneur
- âge, sexe, lieu de résidence
- électrophorèse de 1'hémoglobine
- les résultats des tests de dépistages vœ, antigénémie HBs, anticorps anti HBe,
antigènes HBe, anticorps anti HBc, marqueurs hépatites C, sérologie syphilitique.
oLes tests utilisés.
- Le dépistage du vœ a été fait par un test ELISA unique de deuxième génération
(GENELAVIA NllXT®, Sanofi-Diagnostics Pasteur, Mames-la Coquette, France). Tous les
dons ont été testés systématiquement pour le vœ.
- Le dépistage de l'antigène HBs a été réalisé sur toutes les poches par un test ELISA
(MONOLISA® HBs, Sanofi-Diagnostics Pasteur).
- La recherche des anticorps anti HBc a été faite sur 112 poches de sang triées au hasard parmi
les 2842 poches. Le test utilisé pour cette recherche était de type ELISA (MONOLISA® anti-
HBc, Sanofi-Diagnostics Pasteur, Mames la Coquette, France).
- La recherche de l'antigène HBe a été effectuée sur 185 dons de sang, tous positifs à
l'antigène HBs. Le test utilisé était aussi de type ELISA (MONOLISA® HBe, Sanofi-
Diagnostics Pasteur, Mames la Coquette, France).
- Le dépistage de la Syphilis a été réalisé par un test d'agglutination non tréponémique type
VDRL modifié (RPR Slide-Test®, Bio-Mérieux, Marcy l'Etoile, France).
Seuls certains dons (587) de la collecte mobile ont été testés pour la syphilis.
38

Le don est déclaré positif s'il est réactif ou douteux au test appliqué et négatif s'il est non
réactif.
* Pour la prescription des produits sanguins
- les données ont été collectées à partir des demandes de produits sanguins émanant des
différents services et réunies dans un classeur au niveau de la banque de sang.
Chaque demande comportait les renseignements suivants :
- service demandeur
- identité et qualification du prescripteur
- nom et prénom du malade
- renseignements cliniques et indications de la transfusion
- le taux d 'hémoglobine du malade
- groupe sanguins et rhésus du malade
- type de produits demandé
- quantité demandée( nombre de poches) par le prescripteur
- quantité fournie par la banque de sang.
3.3.4 Saisie et analyse des données.
Les données ont été saisies sur un micro ordinateur de la banque de sang et analysées à
l'aide du logiciel EPI INFü version 5.0.
Les proportions ont été comparées par couple de classe par le test du Chi carré (chi2) de
liaison ou par le test de Fisher. Les moyennes ont été comparées par le test exact de Student(t)
lorsque celui ci était approprié. Le seuil de signification retenu est p ~ 0,05.
39

RÉSULTATS
1
---------------------

4. RESULTATS
4.1 Analyse des dons de sang
4.1.1 Caractéristiques épidémioJogiques de J'échantillon.
4.1.1.1 Le type de collecte.
La part de chaque type de collecte dans l'approvisionnement de la banque est donnée dans le
graphique 1. La collecte mobile, avec 1647 dons soit 58% de l'ensemble des poches de sang
constitue le mode d'approvisionnement prédominant du CHNSS en produits sanguins.
La collecte fixe représente quant à elle 42% des dons soit 1196 dons.
Follecte mobil
1647
collecte fixe GraphiquE!l198istribution des dons par type de collecte
collecte fixe
42%
collecte mobile
58%
4.1.1.2 Le type de donneurs
Tous les donneurs étaient bénévoles. Ils proposent leur sang sans obligation particulière.
Le graphique 2 donne la répartition des dons selon le type de donneurs.
Un total de 1945 unités de sang, soit 68,4% de l'ensemble des dons de l'année 1995
provenaient de nouveaux donneurs dont, 58,4%(1659) ont été obtenues au cOUl5de collectes
mobiles et 10,1 %(286) en collecte fixe.
Les donneurs réguliers ne représentaient que 31,6% des dons soit 897 dons.
40

Nouveaux~phique ~~artition diitilons selon le type de donneurs
Donneurs Ré
a
897
2000
1800
1600
1400
1200
•• Collecte fixe
i
1000
1.Collecte mobi~
800
600
400
200
0
Nouveaux
Donneurs
Donneurs
Réguliers
4.1.1.3 L'âge des donneurs
- L'âge des donneurs s'étendait de 18 à 65 ans, avec un âge moyen global de 25,34 ± 6,5 ans.
- La moyenne d'âge des donneurs vus en collecte mobile est de 22,53 ans contre 29,23 ans
pour les donneurs de la collecte Fixe.
- L'âge moyen des nouveaux donneurs est de 23,19 ans et est significativement inférieur à
celui des donneurs réguliers qui est de 30,04 ans (chi2 de Kruskall-Wallis=1153,9; p = 10-6).
Cinq classes d'âge ont été distinguées:
Classe 1; de 15 à 24 ans.
Classe 2; de 25 à 34 ans.
Classe 3; de 35 à 44 ans.
Classe 4; de 45 à 54 ans.
Classe 5; plus de 55 ans
La classe d'âge de 15 à 24 ans était la plus représentée; elle a fourni 63,4% de l'ensemble des
poches de sang collectées durant l'année 1995.
7 poches (0,2%) provenaient de sujets âgés de plus de 54 ans.
Le tableau 9 donne la répartition des dons selon la tranche d'âge des donneurs.
41

Tableau 9: répartition des dons selon la classe d'âge des donneurs.
Classe d'âge
Nombre d'unités collectées
Proportion (%)
15 à 24 ans
1785
63,4%
25 à34
764
27,5%
35 à44
210
7,5%
45 à 54
51
1,8%
55 ans et plus.
7
0,2%
total*
2817
100%
* /'âge n'étaitpas précisé pour 25 dons
4.1.1.4 Le sexe
Sur 2835 dons pour lesquels le sexe était mentionné, 2555 soit 90,1% provenaient de
donneurs masculins contre 9,9% pour le sexe féminin.
La majorité des donneurs de sexe féminin vient de l'équipe mobile de collecte.
Le graphique 3 illustre la répartition des dons selon le sexe du donneur.
Graphique 3 : répartition des dons selon le sexe des
donneurs
sexe féminin
10%
sexe masculin
90%
42

4.1.1.5 La profession des donneurs
Le tableau 10 donne la répartition des dons par groupe socioprofessionnel lorsque celui-ci
était précisé.
Dans 42,1 % des cas, l'information relative à la profession ou au groupe social du donneur
était absente. La profession du donneur n'a été enregistrée que lors des collectes mobiles et les
élèves ont fourni 37% des unités collectées au cours de l'année 1995.
Tableau 10: répartition des dons selon la profession des donneurs.
Profession
Nombre d'unités
proportion(%)
Elèves
1050
37%
Militaires
544
19·2%
,
Ouvriers
50
1,8%
*
1197
42,1 %
Total
2841
100%
* Profession non précisée sur le registre.
4.1.1.6 Le génotype d'hémoglobinique
L'électrophorèse de l'hémoglobine n'est pas réalisée de façon systématique.
En général, elle concerne les poches provenant de la collecte mobile.
Sur 491 examens effectués, 379 (77,2% ) notaient une hémoglobine de type homozygote AA.
112 dons, soit 22,8% de ces poches avaient une anomalie hémoglobinique (AS, AC, SS, SC).
Signalons que seules les hémoglobines anormales S et C ont été recherchées.
Le tableau Il donne la distribution des types d'hémoglobines au niveau des 491 unités de
sang examinées.
43

Tableau 11: répartition de 491 dons selon le type d'hémoglobine.
Type d'hémoglobine
Effectif
Proportion
AA
379
77,2%
AS
30
6,1 %
AC
78
15,9%
SS
0,2°1.,
SC
3
0,6°1.,
Total
491
100%
4.1.2 Séroprévalence du VIH dans les dons de sang.
4.1.2.1 Prévalence globale.
2842 unités de sang au total ont été testées par ELISA(GENELAVIA MIXTS®), 206 unités
ont été trouvées positives. La séroprévalence globale était de 7,2% (Tableau 12).
Tableau 12 : séroprévalence VIH pour l'ensemble des dons de sang de l'année 1995.
effectif
proportion(%)
Statut sérologique
Positif
206
7,2%
( ELISA)
Négatif
2636
92,8%
Total
2842
100%
4.1.2.2 En fonction du sexe
Le sexe du donneur était précisé pour 2835 dons sur les 2842 collectés.
Comme indiqué dans le tableau 13, la séroprévalence VIH était plus élevée dans les poches
provenant de donneurs de sexe masculin (7,4% contre 5,7% pour le sexe féminin). La
différence n'est pas significative sur le plan statistique (chi2 = 1,12 et p = 0,291).
44

Tableau 13 : séroprévalence du VIH dans les dons en/onction du sexe des donneurs.
Sexe
dons testés
dons positifs
Proportion
valeur de p
Féminin
280
16
5,7%
Masculin
2555
190
7,40/0
Total
2835
206
7,2%
0,291
Chi2 = 1,11
P = 0,291 La différence n'est pas significative.
4.1.2.3 Sérologie VIH en fonction de la classe d'âge des donneurs.
La prévalence du vœ dans les dons variait suivant les tranches d'âge. Les fréquences les plus
élevées sont observées dans les tranches d'âge de 25 à 34 ans et de 35 à 44 ans où on observe
respectivement, 13,4% et 15,7%. Les dons provenant de la tranche d'âge de 15 à 24 ans et de
celle des plus de 44 ans sont moins touchés comme l'indique le tableau 14.
Tableau 14: séroprévalence du VIH dans les dons selon la tranche d'âge des donneurs.
Classe d'âge
Dons testés
Dons positifs
Proportion
valeur de p
15 à 24 ans
1785
65
3,6%
25 à 34 ans
764
102
13,4%
35 à 44 ans
210
33
15,7%
45 à 54 ans
51
4
7,8%
55 ans et plus
7
0
0
Total
2817
204
7,24%
Chi2 = 99,9
p = 10-5
Les différences sont significatives
4.1.2.4 Prévalence du VIH selon le type de donneur
La séroprévalence vœ était plus élevée dans les dons provenant de donneurs réguliers
(14,2%) que pour l'ensemble des dons venant des nouveaux donneurs (4,6%). La différence
est statistiquement significative.
45

Par ailleurs, l'analyse plus profonde de la séroprévalence chez les nouveaux donneurs nous
montre des chiffres différents selon qu'il s'agisse d'unités provenant de l'équipe mobile de
collecte (3,0%) ou de l'équipe fixe (10,1 %) : les différences observées sont significatives.
Le tableau 15 résume la séropositivité Vlli des dons selon le type de donneur.
Tableau 15: séroprévalence du VIH dans les dons selon le type de donneur.
Type de donneur
Dons testés
Dons positifs
Proportion
Nvx.donneurs(collecte mobile)
1659
50
3%)
Nvx donneurs(collecte fixe)
286
29
10,1 %
Donneurs réguliers
897
127
14,2%
Total
2842
206
Chi2 = 111,51
p < 10.9
les différences sont significatives.
.1.2.5 Séroprévalence VIH en fonction du type de donneur et en fonction de l'âge.
Pour affiner notre analyse des différences de prévalence Vlli entre donneurs réguliers et
nouveaux donneurs, nous avons comparé ces différents groupes pour un même âge. Notre
choix s'est porté sur la tranche d'âge des 15 à 24 ans et a été guidé par deux observations:
- les nouveaux donneurs sont en majorité issus du milieu scolaire et leur âge au moment du
don de sang est compris en général entre 17 et 24 ans.
- chez les donneurs réguliers, toutes les tranches d'âge étaient représentées y compris les 15 à
25 ans.
Le tableau 16 résume la situation et montre que les différences de prévalence VIH demeurent
significatives entre nouveaux dons et dons réguliers pour le même âge des donneurs.
Les dons provenant de donneurs réguliers présentent significativement un plus fort taux de
positivité Vlli (9,2% contre 3,04% pour l'ensemble des nouveaux dons).
Parmi les nouveaux dons, la différence entre la collecte mobile(2,8%) et la collecte fixe
(6,2%) est elle aussi significative.
46

Tableau 16: séropprévalence du VIH dans les dons selon le type de donneur et pour un âge de 15 à
24 ans.
Type de donneur
Dons testés
Dons positifs
Proportion
Nvx.donneurs (collecte mobile)
1483
41
2,8%
Nvx. donneurs(collecte fixe)
129
8
6,2%
Donneurs réguliers
173
16
9,2%
Total
1785
65
3,6%
Chi2 = 21,16
P = 0,0000254; les différences sont significatives
4.1.2.6 Prévalence du VIH selon le type de collecte.
La séroprévalence vœ en fonction du type de collecte est donnée dans le tableau 17 qui
montre un chiffre 4 fois plus élevé pour les dons de la collecte fixe.
Tableau 17: séroprévalence du VIH dans les dons selon le type de collecte
Type de collecte
Dons testés
Dons positifs
Proportion
Collecte mobile
1644
49
3%
Collecte fixe
1197
157
13,1 %
Total
2841
206
7,2%
Chi2 =105,81
P < 10-7
la différence est significative
4.1.2.7 En fonction du groupe professionnel
La séroprévalence vœ des dons selon les différents groupes professionnels se présentait
comme indiquée dans le tableau 18. Les différences observées n'étaient pas significatives.
Tableau 18: séroprévalence du VIH dans les dons de sang selon la profession des donneurs
Profession
Dons testés
Dons positifs
Proportion
Elèves
1050
36
3,4%
Militaires
544
10
1,8%
Ouvriers
50
3
6%
Total
1644
48
2,9%
Chi 2 = 4,76
P = 0,0925
la différence non significative
47

4.1.2.8 Qualité du dépistage VIH chez les donneurs réguliers.
Nous avons voulu savoir quel pouvait être le comportement de nos tests de dépistage vis à vis
d'un même donneur à ses différents dons. Pour ce faire, il nous fallait des sujets ayant eu au
minimum deux dons dans l'intervalle de notre période d'étude et les donneurs réguliers étaient
les mieux indiqués. Rappelons qu'un sujet peut donner son sang une fois tous les trimestres.
278 donneurs réguliers ont été recensés. Ils ont fourni au cours de l'année 1995, un total de
897 unités de sang, soit en moyenne 3,2 unités par personne et par an.
4.1.2.8.1 Nombre de donneurs ayant des résultats VIH discordants.
Parmi les 278 donneurs reconnus réguliers, 39 ont eu des résultats discordants à au moins
deux dons de sang différents. Ces 39 donneurs ont fourni 115 unités de sang au cours de
l'année, soit un nombre moyen de 2,95 unités par donneur.
Les discordances des résultats s'exprimaient en :
- résultat faussement positif. Le donneur, non infecté par le VIH se retrouve avec un
résultat faussement positif à un moment donné.
- conversion sérologique. Le donneur, auparavant négatif se retrouve avec un résultat
positifparcequ'il s'est infecté.
- résultat faussement négatif. Le donneur, qui est infecté par le virus se retrouve à
l'occasion d'un don avec un résultat faussement négatif. Cette situation est de loin la plus
dangereuse et nous avons recensé cinq (5) dons faussement négatifs provenant de cinq
donneurs différents. Ces cinq donneurs ont été prélevés de 3 à 6 fois durant l'année, et ont
fourni au total 20 unités de sang, soit une moyenne de 4 unités par an.
4.1.2.8.2 Incidence de la séroconversion parmi les donneurs réguliers.
Parmi les donneurs qui ont présenté une discordance dans les résultats, nous avons identifié
deux (2) cas en rapport avec une séroconversion. En effet, ces deux donneurs étaient
séronégatifs pendant toute l'année 1994 et pendant une partie de l'année 1995 avant de
devenir séropositifs. Une confirmation de la séropositivité a été faite par la méthode Western
Blot (New Lav Blot® , Sanofi Diagnostics Pasteur).
L'ensemble des donneurs réguliers a été observé pendant une durée totale de 1883,9 mois.
Le taux d'incidence = nombre d'événements/ nombre de personne-années.
Si on s'en tient à ces chiffres, nous pouvons estimer l'incidence de la séroconversion chez les
donneurs réguliers à 2 sur 1883,9, soit une incidence de 0,00106 personne-année.
48

4.1.3 Prévalence des marqueurs de l'hépatite B dans les dons de sang.
4.1.3.1 Prévalence de l'antigénémie HBs.
4.1.3.1.1 Prévalence globale.
Sur 2842 unités de sang qui ont été testées pour l'antigène HBs, 473 se sont révélées positives
soit une prévalence globale de 16,6%(tableau 19).
Tableau 19: séropositivité globale des dons à l'antigène Hbs
Sérologie Ag HBs (ELISA)
effectif
proportion
Ag HBs positif
473
16,6%
Ag HBs négatif
2369
83,4%
Total
2842
100%
4.1.3.1.2 Selon le sexe du donneur (Tableau 20).
Le portage de l'Ag HBs
était plus élevé dans les dons provenant de donneurs masculins
(16,9%) que dans les dons venant de donneurs féminins (14,6%) mais cette différence n'était
pas statistiquement significative(chi2 = 0,93 et p = 0,334).
Tableau 20: prévalence de l'Ag HBs dans les dons selon le sexe du donneur.
Sexe
Dons testés
Ag HBs Positifs
Proportion
Féminin
280
41
14,6%
Masculin
2555
432
16,9%
Total
2835
473
16,6%
Chi2 = 0,93
P = 0,334 La différence n'est pas significative
49

4.1.3.1.3 Prévalence de l'antigène HBs selon l'âge du donneur.
Le portage de l'antigène HBs variait dans les dons selon la classe d'âge des donneurs comme
résumé dans le tableau 21. La prévalence HBs était significativement plus élevée dans les
dons provenant des donneurs, d'âge entre 24 et 35 ans avec un taux de 20%.
Tableau 21: prévalence de l'Ag HBs dans les dons selon la classe d'âge.
Classe d'âge
Dons testés
Ag HBs Positifs
Proportion
15 à 24 ans
1785
281
15,7%
25 à 34 ans
764
153
20%
35 à 44 ans
210
30
14,3%
45 à 54 ans
51
5
9,8%
55 ans et plus
7
1
14,3%
Total
2817
470
Chi2 = 9,91
P = 0,0419
la différence est significative
4.1.3.1.4 Prévalence de l'antigène HBs selon le type de donneur.
La prévalence de l'antigénémie HBs varie selon qu'il s'agisse de donneurs réguliers ou de
nouveaux donneurs(Tableau 22).
Elle était de 18,8% dans les poches venant de donneurs réguliers, contre 15,58% en moyenne
pour les nouveaux donneurs.
Tableau 22: prévalence de l'Ag HBs dans les dons selon le type de donneur.
Type de donneur
Dons testés
Ag HBs positifs
Proportion
Nvx.donneurs (collecte mobile)
1659
257
15,5%
Nvx.donneurs (collecte fixe)
286
47
16,1%
Donneurs réguliers
897
169
18,8%
Total
2842
471
16,6%
Chi2 = 4,72
P = 0,094
la différence n'est pas significative
50

4.1.3.1.5 Positivité des dons à l'Ag HBs pour la classe d'âge de moins de 25 ans et selon le
type de donneur.
Le taux de portage globale de l'antigène HBs pour cette tranche d'âge était de 15,7%.
Pour le même âge, on trouve en fonction du type de don, une prévalence de 20,2% pour les
dons réguliers, contre 15,26% pour les nouveaux dons. La différence observée n'est cependant
pas significative sur le plan statistique (Tableau 23).
A âge égal, le portage HBs est la même quelque soit le type de donneur.
Tableau 23: prévalence de l'Ag Hbs dans les dons selon le type de donneurs (classe d'âge de 15 à
24 ans).
Type de donneur
Dons testés
Ag HBs positifs
Proportion
Nvx.donneurs (collecte mobile)
1483
225
15,2%
Nvx.donneurs (collecte fixe)
129
21
16,5%
Donneurs réguliers
173
35
20,2%
Total
1785
281
Chi2 = 3,02
p = 0,22
Différences non sigificative
4.1.3.1.6 Prévalence HBs selon le type de collecte (tableau 24).
Le portage de l'antigène HBs était significativement moins élevé dans les unités de sang
obtenues au cours des collectes mobiles (15,45%) par rapport à la collecte fixe(18,3%).
Tableau 24: prévalence de l'Ag HBs dans les dons selon le type de collecte
Type de collecte
Dons testés
Ag HBs positifs
Proportion
valeur de p
Collecte mobile
1645
254
15,4%
0,0436
Collecte fixe
1197
219
18,3%
Total
2842
473
16,6%
Chi2 = 4,07 .
P = 0,0436 La différence est significative
51

4.1.3.1. 7 Prévalence de l'Ag HBs en fonction du groupe professionnel.
On notait une prévalence de l'antigénémie HBs de 24% chez les ouvriers contre
respectivement 16 et 14,8% pour les militaires et les élèves mais les différences observées
n'étaient pas significatives.
Tableau 25: prévalence de l'Ag HBs dans les dons suivant la profession du donneur.
Profession
Dons testés
Ag HBs positifs
Proportion
Elèves
1050
155
14,8%
Militaires
544
87
16,0%
Ouvriers
50
12
24%
Total
1644
473
- Parmi les élèves, ceux se trouvant en régime d'internat présentaient une prévalence HBs plus
forte que les autres (23,2 contre 14,2%). Cependant, la différence n'était pas statistiquement
significative ( chi2 =3,69 et p = 0,054).
4.1.3.2 Prévalence de l'anticorps anti HBc chez les donneurs.
Un nombre restreint d'unités de sang choisies au hasard ont été testées (112 au total) pour
l'anticorps anti HBc. 89 étaient positifs soit un taux de 79,5%.
4.1.3.3 Portage de l'antigène HBe.
L'antigène HBe a été recherché uniquement dans les dons de sang positifs à l'antigène HBs.
Parmi 185 dons testés, 19 étaient positifs soit un taux de 10,3% .
4.1.4 Prévalence des anticorps anti-tréponémiques dans les dons de sang.
Seules quelques unités de sang collectées en équipe mobile et destinées à être transfusées
immédiatement ont été testées. Sur un total de 587 unités testées, 44 étaient positives soit un
taux de 7,5%.
52

4.1.4.1 Prévalence en fonction du sexe.
517 dons provenant de donneurs masculins ont été testés, 41 étaient positifs soit un taux de
7,9%. 3 dons sur 70 dons provenant de donneurs féminins étaient positifs soit un taux de
4,3%. La différence n'est pas significative (Chi 2 = 1,32 ; P = 0,517).
4.1.4.2 Prévalence en fonction du groupe professionnel.
Les militaires étaient significativement plus touchés que les élèves et les ouvriers (tableau 26).
Tableau 26: séroprévalence syphilitique selon la profession.
Profession
Dons testés
RPR Positifs
Proportion
Elèves
239
10
4,1%
Militaires
161
21
13,0%
Ouvriers
48
1
2,4%
Total
448
32
Chi2 = 13,81
p = 0,001
4.2 Analyse de la prescription et de l'usage des produits sanguins
au CHNSS.

Un total de 1800 demandes de produits sanguins a été enregistré durant l'année, représentant
autan de malades transfusés ou pour les quels il y a eu intention de transfusion.
4.2.1 Type de produits sanguin prescrits.
Les produits sanguins prescrits au CHNSS se limitaient entièrement aux Produits Sanguins
Labiles(PSL) et le sang total (ST) représentait la majorité avec 95% suivi des concentrés
globulaires (CG) pour 3,7% et du Plasma (0,7%) sous forme de plasma frais congelé(PFC) et
de Plasma riche en plaquettes(PRP).
53

4.2.2 Qualification des prescripteurs.
Les prescripteurs de produits sanguins à l'hôpital Sanou Sourô étaient représentés par les
médecins, les internes, les sages-femmes et les infirmiers. La décision de transfuser a été plus
souvent prise par un médecin(56,8%). Dans 5,5% de ces demandes la qualification du
prescripteur n'était pas précisée. Le tableau 27 donne la répartition des demandes selon la
qualification du prescripteur.
Tableau 27: répartition des demandes de produits sanguins enfonction de la qualification du
prescripteur.
Prescripteur
nombre de prescription
proportion
Médecins
1020
56,8 %
Sages-femmes
305
17 %
Infirmiers
262
14,6 %
Internes
108
6%
Non précisés
99
5,5 %
Total
1796
100%
4.2.3 Nombre d'unités prescrites par demande.
Pour chaque demande de produits sanguins, le prescripteur précise la nature du ou des
produits, ainsi que la quantité voulue.
Le nombre d'unités prescrites par demande allait de 1 à 5. La prescription de deux unités était
majoritaire et représentait 60,6% de l'ensemble des demandes, suivi des prescriptions d'une
seule unité (32,8%). La prescription de plus de trois unités représentait seulement 6,7%.
Le tableau 28 donne la répartition des demandes selon le nombre d'unités prescrites.
54

Tableau 28: répartition des demandes selon le nombre d'unités prescrites.
Nombre d'unités
Nombre de prescriptions
Proportion
par prescription
1 unité
590
32,8%
2 unités
1091
60,6%
3 unités
104
5,8%
4 unités
14
0,8%
5 et 6 unités
1
0,1%
Total
1800
100%
4.2.4 Estimation des besoins annuels du CHNSS en produits sanguins.
Les 1800 demandes enregistrées au cours de l'année correspondaient à 3145 unités de produits
sanguins demandées. Le besoin total du CHNSS en produits sanguins peut être estimée donc à
3145 poches de sang.
4.2.5 Taux de couverture des besoins.
Aux 3145 unités de sang demandées, la banque de sang n'a pu fournir que 2545 unités.
Le taux de couverture globale des besoins a été donc de 80,9% avec cependant des variations
suivant le nombre d'unités prescrites par demande.
Ainsi, pour une seule unité prescrite, le taux de couverture a été de 100%. Ce taux passe à
55,8% lorsque la prescription est de deux unités de produits sanguins à la fois et à 28,8% pour
les prescriptions de trois unités.
Aucune demande de cinq ou de six unités n'a pu être entièrement satisfaite.
Le tableau 29 illustre le taux de couverture selon le nombre d'unités de produits sanguins par
prescription.
55

Tableau 29: taux de couverture des besoins selon le nombre d'unités prescrites par demande
nombre d'unités
nombre de demandes
nombre de demandes
par demande
introduites
entièrement honorées
taux de couverture
1 unité
590
590
1000/0
2 unités
1091
609
55,80/0
3 unités
104
30
28,8%
4 unités
14
5
35,7%
5 unités et plus.
1
0
0%
4.2.6 Consommation annuelle de produits sanguins par service.
Sur les 2545 unités consommées pendant l'année, le service de gynécologie et obstétrique
vient en première place avec 1108 unités soit 43,5% de l'ensemble, suivi de loin par les
services de chirurgie ( bloc opératoire compris), de médecine, de pédiatrie etc ..(Tableau 30)
Tableau 30: consommation des produits sanguins par service en 1995.
servIces
nombre d'unités consommées
proportion
Maternité
1108
43,5%
Chirurgie
489
19,2%
médecine
360
14,1%
pédiatrie
342
13,4%
réanimation
185
7,3%
autres *
61
2,4%
total
2545
100%
* ophtalmologie, stomatologie, O.R.L. et cliniques privées.
4.2.7 Répartition des malades en fonction du taux d'hémoglobine(HB).
Sur les 1800 demandes de produits sanguins, seuls 894, soit 49,6 % portaient mentionné le
taux d'RB du patient. Dans 50,4% des demandes, le taux d'hémoglobine n'était pas connu.
56

Nous avons défini trois classes selon le taux d'hémoglobine:
classel = taux d'RB inférieur à 6g/dl
classe2 = taux d'RB entre 6 et Ilg/dl
classe3 = taux d'RB supérieur à llgldl
sur les 894 patients dont le taux d'hémogobine était connu, 805 soit 90% avaient un taux
d'RB de moins de 6g1dl, 69 (7,7%) avaient un taux d'RB entre 6 et 11g1dl tandis que 31 soit
2,4% avaient plus de 11g1dl de taux d'RB.
Le tableau31 donne la répartition des 894 patients par classe d'RB.
Tableau 31: Répartiton de 894 patients selon le taux d'hémoglobine
Classe d'hémoglobine
effectif
proportion
S 6g1dl
805
90%
> 6 et S 11g1dl
69
7,7%
> 11g1dl
20
2,2%
Total *
894
100%
* 906 demandes ne portaientpas de taux d'hémoglobine soit 50,3%
4.2.7.1 Nombre d'unités prescrites par demande en fonction du taux d'hémoglobine
( à l'exclusion du service de pédiatrie.)
804 demandes destinées à des patients adultes mentionnaient le taux d'RB du malade comme
indiqué dans le tableau 32.
- 738 de ces patients avaient un taux d'RB inférieur à 6g/dl et pour 118 (16,0%) d'entre eux,
il a été prescrit une seule unité de produit sanguin. Les 556 autres (75,3%) ont eu deux unités
par prescription.
- 46 patients avaient un taux d'RB entre 6 et Il gld!.
Pour 8,7% d'entre eux, on a prescrit une unité de sang. Pour les autres (76,1 %) il a été prescrit
plus de deux unités de sang par demande.
- 20 patients avaient un taux d'RB de plus de 11g/dl . 20 % d'entre eux ont reçu une unité de
sang et 65% ont reçu deux unités ou plus.
57

Tableau 32: nombre d'unités prescrites par demande selon le taux d'HB chez les adultes.
Taux d'HB
Nombre d'unités par prescription
1 unité
2 unités ou plus
Moins de 6g/dl
118 (16,0%)
620
(84%)
6 à 11 g/dl
4
(8,7%)
42
(90,3%)
plus de Il g/dl
4
(20%)
16
(80%)
Total
126 (22,5°,10)
678
(87,5%)
4.2.7.2 Nombre d'unités prescrites par demande selon la qualification du prescripteur et
le taux d'HB du patient.
- pour mieux effectuer cette comparaison, nous avons préférer les patients les plus sévèrement
touchés par l'anémie (ceux dont le taux d'RB est inférieur à 6g/dl).
Le tableau 33 donne la proportion de prescription d'une seule unité par demande de produit
sanguin pour chaque type de prescripteur.
On remarque que 30,6% des demandes de produits sanguins venant du personnel infirmier ne
comportaient qu'une seule unité, contre 16,6% quand il s'agit de médecin et seulement 6,7%
quant il s'agit des sages-femmes.
La prescription d'une seule unité est significativement plus fréquente chez les infirmiers que
chez les médecins et les sages-femmes.
Tableau 33: Répartition des demandes selon la qualification du prescripteur et le nombre
d'unités par prescription.
prescripteur
nombre d'unités/demande
1 unité
plus de 2 unités
médecins
80 (16,22%)
413 (83,8%)
infirmiers
14 (30,6%)
32
(69,4%)
sages-femmes
Il (6,7%)
152 (93,3%)
total
105
597
la différence est significative.
58

COMM
ITAIRES~DISCUSSION

5. Discussion et Commentaires
5.1 Limites et contraintes.
Notre étude étant rétrospective, elle comportait des limites et des contraintes qui se situent
essentiellement au niveau des examens sur lesquels nous nous sommes basés pour déterminer
la présence ou l'absence d'une maladie dans les dons de sang.
En effet:
- Tous les tests que nous avons utilisés ne sont que des tests de dépistage. Ils sont d'une
grande sensibilité et entraînent donc de nombreux résultats faussement positifs. En l'absence
d'une confirmation de ces résultats positifs par des tests de références dûment reconnus, on
aboutit immanquablement à une surestimation de la prévalence des maladies que nous
étudions.
Fallait-il pour cela renoncer à cette étude?
Nous pensons que non.
- Il est reconnu par l'OMS qu'en matière de sécurité de la transfusion, un seul test de
dépistage de grande sensibilité est la stratégie la plus adaptée [41,52].
- l'OMS préconise aussi que pour la sérosurveillance du Vlli dans une population où sa
prévalence peut dépasser 10%, il faut utiliser un seul test de dépistage[52].
Ces deux premiers points nous permettent de comparer sans trop de biais nos résultats à ceux
d'études faites dans la population.
- les tests de confirmations ne sont pas toujours disponibles ou reviennent trop chers à une
structure comme notre banque de sang. Ils n'ont donc pas été utilisés systématiquement. La
confirmation d'un résultat Vlli positif par le WB n'est faite que pour les donneurs désirant
connaître leur résultat.
La mise en place prochaine de la stratégie alternative de confirmation Vlli n'utilisant pas le
WB, et revenant moins coûteuse facilitera sans doute les études ultérieures [41].
Malgré ces limites, cette étude qui se veut préliminaire nous a permis de faire une
analyse des problèmes liés au don du sang et à la pratique de la transfusion.
59

5.2. Caractéristiques de l'échantillon.
5.2.1 Le type de collecte
Avec 58% de l'ensemble des poches collectées dans l'année 1995, le système de collecte
mobile représente la plus grande voie d'approvisionnement du CHNSS en produits sanguins.
Des chiffres du même ordre sont retrouvés en Côte d'Ivoire[33], en Centrafrique[9] , au
Cameroun.
D'une manière générale, dans les pays en voie de développement, la pratique des collectes
dans les lieux publiques est toujours répandue, contrairement aux pays développés où les
donneurs réguliers suffisent à assurer l'approvisionnement en produits sanguins labiles.
Des pays comme le Sénégal ont cependant pris une bonne option. En 1994 la collecte mobile
ne représentait à Dakar, que 19% des dons[8].
La collecte effectuée au sein de la banque de sang ne représente que 42% de l'ensemble des
dons, témoignant du nombre limité de donneurs suffisamment motivés pour effectuer eux
même le déplacement jusqu'à l'hôpital afin d'y offrir leur sang. Or, on sait que les collectes de
sang dans les lieux publiques ne sont pas de nature à assurer une bonne sécurité de la
transfusion sanguine; de l'avis de différents auteurs[4,34], cette pratique a l'inconvénient de
drainer des sujets à risques, attirés d'avantage par un examen médical, un dépistage ou une
collation.
Un arrêté du ministère français de la santé en 1993 proscrit d'ailleurs ce type de collecte
lorsqu'il s'agit de produits sanguins labiles[4].
De plus, au cours des collectes mobiles effectuées par la banque de sang du CHNSS, les
donneurs ne sont pas examinés en pré don.
Leur nombre souvent élevé dépasse les capacités du personnel, et limite toute possibilité
d'écarter d'éventuels sujets à risques.
5.2.2. Le type de donneur
Tous les donneurs de sang du CHNSS étaient des volontaires, et le don est bénévole et gratuit.
Cette situation pleinement satisfaisante est conforme aux recommandations de l'OMS[24] qui
veut en effet que les donneurs de sang ne soient pas rémunérés.
Contrairement à ces recommandations, dans certains pays d'Amérique latine comme le
Honduras, plus de 50% des donneurs sont rémunérés contre seulement 10% de donneurs
altruistes[46].
60

Les nouveaux donneurs représentaient 68,4% de l'ensemble des dons du CHNSS. Ce
pourcentage élevé est lié à la pratique des collectes mobiles au cours desquelles on ne
rencontre que des donneurs occasionnels et nouveaux.
Les donneurs réguliers ne représentaient que 31,6% de l'ensemble des dons de sang de l'année
1995 venant confirmer les difficultés de la banque de sang du CHNSS à fidéliser un nombre
suffisant de donneurs de sang.
A Dakar, la participation des donneurs réguliers atteint 60% selon Boyeldieu D[8].
A Abidjan en Côte d'Ivoire, Schutz R. et coll. [3 1] ont trouvé que 42% des dons provenaient
de nouveaux donneurs contre 52% pour les donneurs réguliers.
Même si dans ces pays les donneurs réguliers représentent une part nettement plus importante
qu'à Bobo Dioulasso, il n'en demeure pas moins que nos pays en voie de développement sont
très loin des pays industrialisés où on observe une situation inverse. L'approvisionnement en
produits sanguins labiles dans ces pays est en majorité assuré par des donneurs réguliers.
En France par exemple, 90% des dons proviennent de donneurs réguliers et fidèles[59].
L'avantage d'avoir des donneurs réguliers est certain, car ce sont des sujets très motivés et
disponibles en permanence; ce qui met les hôpitaux à l'abri des ruptures intempestives en
produits sanguins dont les conséquences sont très souvent dramatiques. Ils sont par ailleurs
faciles à éduquer sur les maladies transmises par la transfusion sanguine (les contacts répétés
avec le service de transfusion permettent de leur délivrer en permanence les messages de
sensibilisation).
Il faut néanmoins savoir compter sur les nouveaux donneurs pour constituer le pool des
donneurs réguliers, par des actions de sensibilisation.
5.2.3 Age et sexe.
Les donneurs de sang du CHNSS sont constitués en majorité de sujets jeunes (63,4% ont entre
15 et 24 ans) s'expliquant par le fait qu'une grande partie (37%) des dons de sang provenaient
d'élèves des lycées et collèges de la ville dont l'âge maximum ne dépasse pas 24 ans.
Grand consommateur de produits sanguins, le sexe féminin était cependant très peu
représenté dans la population de nos donneurs de sang. Le sexe ratio est de 9.
A Dakar, le sexe féminin ne représente qu'environ 15% des donneurs[8].
En France, bien que le sexe masculin soit prédominant, on a toutefois un déséquilibre moins
important[59].
61

Dans notre contexte, un effort particulier de sensibilisation de cette moitié de la population au
don du sang doit être fait pour éviter, comme l'a remarqué Diakhaté L.[63], que ce soit "les
hommes qui donnent et les femmes qui consomment".
5.3 Séroprévalence VIH dans les dons de sang.
5.3.1 Séroprévalence globale.
La séroprévalence Vlli globale chez nos donneurs de sang était de 7,2% pour l'année 1995.
Ce chiffre bien que légèrement inférieur, est comparable au 9,5% de prévalence VIH trouvée
en 1996[40] sur un échantillon représentatif de
femmes enceintes de la même ville, ainsi
qu'au 7,5% de prévalence, trouvée chez des femmes enceintes de la ville de Ouagadougou en
1994.
La prévalence chez les femmes enceintes constituant un bon reflet de celle de la population
générale [64], il s'impose que la séroprévalence Vlli chez nos donneurs de sang est du même
ordre que celle observée dans la population dont ils sont issus.
Cette situation, bien que logique, pose des problèmes lorsque l'on parle en termes de sécurité
de la transfusion. En effet, même si les donneurs de sang sont issus de la population générale,
l'application des mesures de sélection devrait aboutir à une prévalence Vlli moindre chez
ceux-ci, comme cela se voit dans les pays industrialisés. Dans ces pays, la prévalence des
maladies transmissibles par transfusion sanguine est de 5 à 10 fois moindre, chez les donneurs
de sang que dans la population générale[3].
Selon Boyeldieu D., à Dakar en 1994, la prévalence Vlli était plus faible chez les donneurs de
sang que dans la population générale[8]. Il l'explique par le fait que les donneurs positifs sont
écartés du don de sang et aussi par l'efficacité de la sélection pré-don.
Nous en concluons que la sélection des donneurs de sang n'est pas une mesure correctement
appliquée au CHNSS de Bobo Dioulasso.
A Abidjan la séroprévalence Vlli chez les donneurs de sang était estimée à 8,5%[33] en 1991.
A Bangui Nicole Jounot-Cancré trouvait une séroprévalence Vlli de 14% en utilisant le
western Blot sur un échantillon plus réduit [9].
La prévalence Vlli élevée, chez les donneurs de sang de Bobo Dioulasso, Abidjan et Bangui
témoigne de l'ampleur de la maladie dans le continent africain, particulièrement dans la zone
au sud du Sahara. En effet, l'OMS estime qu'environ 2/3 de l'ensemble des cas d'infection
par le Vlli dans le monde se concentre sur cette seule partie du globe[22].
62

5.3.2 Le type de collecte.
La séropositivité Vlli des dons provenant de la collecte mobile (3,0%) est significativement
plus faible que celle de la collecte fixe (13,2%).
S'il est d'usage que les collectes effectuées dans les lieux publiques soient de nature à
compromettre la sécurité de la transfusion, il semble qu'ici il en soit autrement.
La faible prévalence de l'infection à Vlli dans les dons de la collecte mobile est due au fait
que; contrairement à certains lieux publiques comme les abords de marchés, les collectes à
renforts de mégaphones, ici, la collecte mobile s'adresse à une population bien définie faite de
sujets très jeunes qui sont encore peu touchés par l'infection à Vlli.
Les inconvénients des collectes en lieux publiques sont alors partiellement compensés par la
possibilité de constituer à partir de ce groupe de sujets jeunes et instruits, un pool de donneurs
réguliers, plus facile à éduquer sur les maladies transmises par transfusion et chez qui
l'interrogatoire pré don peut être administré sous forme de questionnaire écrit.
A partir donc du mode de collecte mobile, la banque de sang peut préparer le terrain à une
collecte fixe suffisant à couvrir l'ensemble de ses besoins.
5.3.3 Séroprévalence VIH selon l'âge et le sexe du donneur.
La séropositivité Vlli n'était pas en rapport avec le sexe du donneur.
- Au Zaïre par contre, Fischer P.R. a trouvé sur quatre ans (1989 à 1992), que les donneurs
féminins étaient significativement plus atteints que leurs homologues masculins[57].
Si la séroprévalence globale est de 7,3% de l'ensemble des poches collectées au cours de
l'année 1995, des différences existent lorsqu'on considère les donneurs par classe d'âge. En
effet, la séroprévalence Vlli se retrouvait significativement plus élevée dans les classes d'âge
de 25 à 34 ans (13,4%) et de 35 à 44 ans (15,7%) que dans celle des moins de 25 ans (3,6%).
La même association entre, âge et séropositivité a été observée chez des donneurs de sang
Tanzaniens par Jacobs B. Et coll. [26] qui notait une séroprévalence Vlli de 9,5% chez les
donneurs de plus de 25 ans contre 4,7% chez les donneurs entre 15 et 24 ans.
L'infection à Vlli fait partie des maladies sexuellement transmissibles et de ce fait affecte les
tranches d'âge les plus actives sexuellement. Les sujets plus âgés et plus anciennement actifs
sur le plan sexuel ont un risque de contamination certainement plus élevé que ceux plus
jeunes. Les donneurs de sang n'échappent pas à ce constat.
63

La faible prévalence Vlli chez les donneurs de moins de 24 ans pourrait aussi s'expliquer par
le fait que la grande majorité de cette tranche d'âge soit des sujets instruits.
Ils ont l'avantage d'être mieux informés que leurs pairs illettrés, sur les maladies sexuellement
transmises et le SIDA et peuvent mieux s'en protéger.
Dans son étude, Schutz R. et Coll.[67] ont d'ailleurs noter une association significative entre
la présence du Vlli et l'illétrisme chez des donneurs de sang.
5.3.4 Séroprévalence VIH selon le type de donneur.
La séroprévalence Vlli globale chez les nouveaux donneurs du CHNSS est de 4,06%. Elle est
inférieure à celle de la population générale de la ville.
Ce premier constat nous suggère deux réflexions:
- premièrement, on peut penser que les nouveaux donneurs, même s'ils sont issus d'une
population à forte prévalence de l'infection à Vlli constitue un groupe peu touché.
- deuxièmement, on peut penser que la banque de sang du CHNSS pratique une sélection dans
le recrutement de ses nouveaux donneurs et que cette sélection est efficace.
L'analyse détaillée du groupe des nouveaux donneurs nous montre une séroprévalence
Vlli significativement plus élevée chez les nouveaux donneurs qui se sont déplacés d'eux
même vers la banque de sang.
La prévalence Vlli chez les nouveaux donneurs qui se sont déplacés vers la banque de sang
(Nouveaux donneurs collecte fixe) était en effet de 10,2% et est comparable à celle de la
population générale.
Ce constat montre qu'en réalité, aucune sélection n'est faite chez nos donneurs de sang avant
le don.
Al' opposé, dans les pays où la sélection pré-don est de pratique systématique, on a
effectivement une prévalence moins élevée, des maladies transmises par transfusion sanguine
chez les nouveaux donneurs que dans la population générale. C'est le cas des pays
d'Europe[20], et dans une moindre mesure, du Sénégal [8].
C'est la faible prévalence Vlli (3,0%) chez les nouveaux donneurs de la collecte
mobile qui a « dilué» le chiffre global chez les nouveaux donneurs.
L'analyse détaillée nous a montré par ailleurs qu'au CHNSS, les nouveaux donneurs recrutés
au cours des collectes mobiles, constitués en majorité d'élèves (85,3%), forment une
population à faible prévalence Vlli et que la banque de sang doit chercher à motiver et à
fidéliser ce milieu peu touché, au don du sang.
64

L'étude de Jacobs B[30] en Tanzanie montrait aussi que les élèves et étudiants (âgés de 15 à
24 ans) pouvaient constituer un potentiel de donneurs à faible prévalence Vlli dans une ville
où chez les adultes la séroprévalence atteignait Il,8%.
La séroprévalence Vlli dans les dons provenant des donneurs réguliers du CHNSS est très
élevée (14,2%). Elle est significativement plus importante que chez les nouveaux donneurs
(comparaison faite à âge égal) et est comparable à celle de la population de la ville de Bobo.
On en déduit que les donneurs réguliers, malgré leurs contacts répétés avec le service de
transfusion, ne sont pas efficacement exclus du circuit des donneurs, en cas de séropositivité
Vlli. Si cette exclusion était faite, on devrait obtenir un faible taux de positivité Vlli chez ces
donneurs, car ceux qui sont malades auraient été progressivement éliminés.
C'est ce qui se voit d'ailleurs dans les pays développés où, la prévalence Vlli est de 3 à 10,
voir 20 fois moins élevé chez les donneurs réguliers que chez les nouveaux [3] .
- En 1991 en France, Barin F. notait une prévalence Vlli de 3,8 /10000 chez les nouveaux
donneurs contre 0,3/1 0000 chez les donneurs réguliers soit 12,5 fois plus.
L'exclusion des séropositifs après les contrôles biologiques y est systématique[3,10,59 ].
En plus donc de l'absence de sélection pré-don, il y a au CHNSS un problème d'exclusion de
ceux qui sont affectés par le Vlli. Ces derniers continuent de donner leur sang au détriment,
non seulement de leur propre santé déjà fragile, mais aussi au détriment de celle des
receveurs.
Cependant, il faut noter que pour pouvoir exclure les donneurs malades, il faut au préalable
qu'ils acceptent d'être informés des résultats des examens effectués sur leur sang, et la plupart
des donneurs ne s'y intéressent guère.
Il semble que c'est la peur d'un résultat positif qui entraîne le désintérêt des donneurs à
connaître leurs résultats.
Une étude de Andrew H.[2] en Gambie fait ressortir que 45% des donneurs ont évoqué cette
raison. A Haïti la pénurie de sang, selon Parsonnaz D. est liée à cette peur[14].
Il faut aussi noter que, des donneurs ayant volontairement accepté d'être informés de leur
statut Vlli, continuent de donner régulièrement leur sang, malgré les explications qu'on leur
donne à la banque de sang.
Nous pensons que ce phénomène est lié au fait que les donneurs se présentent généralement
en groupe d'amis pour le prélèvement, et toute défection ultérieure peut laisser deviner une
séropositivité.
65

5.3.5 Qualité du dépistage VIH chez les donneurs de sang réguliers.
Les donneurs de sang réguliers sont des donneurs qui ont eu au moins deux dons de sang
durant notre période d'étude et chacun de leur don était testé indépendamment des autres.
5.3.5.1 Résultats discordants.
39 donneurs réguliers ont été trouvés discordants à deux ou plusieurs dons différents. Ces
discordances étaient en rapport avec: (a) des réactions faussement positives, (b) des réactions
faussement négatives, ( c) un changement réel du statut sérologique du donneur.
Faux positifs et Faux négatifs peuvent être dus soit (l) au test de dépistage soit à des
(2) erreurs humaines.
(1) la performance du test de dépistage.
- Sensibilité et spécificité.
Un test dont la sensibilité est élevée donne peu de résultats faussement négatifs[52]. La
sensibilité élevée est le premier critère de choix d'un test en matière de sécurité
transfusionnelle[52,41].
Une sensibilité de 100% est donnée au GENELAVIA MIXT® par son fabricant de même que
par une étude faite au Centre Muraz de Bobo Dioulasso[41].
Cinq (5) dons sont cependant apparus faussement négatifs sur un ensemble de 897 dons
testés.
Même si notre étude ne permet en aucun cas de juger de la sensibilité du test utilisé, on peut
se demander si celui-ci n'a pas été quelque peu défaillant.
En effet ses performances n'ont pas fait l'objet d'une évaluation dans les conditions réelles de
notre banque de sang, or on sait que la sensibilité des tests de dépistage baisse quand la
prévalence de la maladie augmente dans la population[52].
De plus une étude faite à Bangui[9] sur le même test, appliqué à une population de donneurs
de sang lui donnait une sensibilité de 92,3% et une spécificité de 87,9% pour une prévalence
VIH (14%); équivalente à celle de nos donneurs réguliers.
Il pourrait aussi s'agir d'erreurs humaines dont on sait qu'elles peuvent survenir à n'importe
quelle étape de la manipulation du test.
Les résultats faussement positifs ne compromettent pas la sécurité de la transfusion mais
entraîne l'élimination de poches non infectieuses.
La survenue de résultats erronés, surtout faussement négatifs montre à quel point il est
dangereux pour les receveurs que des donneurs contaminés restent dans le circuit du don de
66

sang et prouve une fois de plus qu'une exclusion de ces donneurs doit être faite (les 5
donneurs incriminés ont été prélevés en moyenne 4 fois durant l'année).
De plus elle nous rappelle la nécessité des contrôles de qualité dans notre laboratoire, et la
nécessité d'un système de surveillance des receveurs de sang, système qui aurait permis de
savoir si les 5 unités ont été effectivement responsables de contaminations.
5.3.5.2 Incidence de la séroconversion.
Deux donneurs réguliers sur 278 ont séroconverti au cours de l'année 1995 soit un taux de
1,06 pour 1000 personne par an. Ce chiffre nous parait sous estimé. Dans une métropole
comme Abidjan où l'infection à vœ sévit de la même façon qu'à Bobo, Kerouedan D. et coll
ont trouvé une incidence de 1,59% sur une période de 6 mois chez les donneurs réguliers[33].
Ces deux cas constituent probablement la partie émergée d'un iceberg que seules des études
plus fmes pourraient entièrement cerner.
Si on considère comme Couroucé A-M.[10] que les dons vœ négatifs consentis les 12
derniers mois par ces donneurs avant la découverte de leur séropositivité étaient
potentiellement infectieux, cela fait un risque supplémentaire de transmission de la maladie à
nos receveurs.
Ce risque, difficilement évitable, vient s'ajouter à ceux causés par les 5 donneurs positifs
ayant eu à un moment donné un résultat faussement négatif.
* La persistance de la contamination des donneurs réguliers, sensés être plus avertis, est un
appel à la banque de sang pour renforcer son action de sensibilisation en matière de protection
contre le VIH/SIDA.
Il semble que cette sensibilisation soit plus efficace quand le sujet connaît son statut
sérologique et selon Wenger N.S.[71] un test de dépistage volontairement consenti associé à
l'éducation est un outil important pour la prévention de l'infection à vœ. Il a en effet prouvé
une réduction notable de la transmission du vœ dans un groupe de sujets séronégatifs
connaissant leur statut, comparativement à un autre groupe ignorant le leur.
Il faut donc encourager les donneurs à s'informer de leur statut vœ.
5.4 Prévalence des marqueurs de l'Hépatite B dans les dons de sang.
La prévalence globale de l'antigénémie HBs dans les dons de sang était de 16,6%.
67

A Ouagadougou, Sangaré L. trouvait une prévalence HBs de 21 % dans un échantillon réduit
de femmes enceintes[66].
- Au Nigeria, HARRY T.O.[26] trouvait une prévalence de l'Ag HBs plus élevée chez les
donneurs de sang que chez les femmes enceintes (20,0% contre 11,6%) avec cependant un âge
moyen des donneurs de sang de 31,2 ans, significativement plus élevé que celui des femmes
enceintes (24,4%).
- Au Gabon, Mba J.R.[39] observe une prévalence HBs de 14,92% chez les donneurs de sang
de Libreville
Ces prévalences élevées du portage de l'HBs Ag montre la situation d'hyperendémicité de
l'hépatite B dans nos pays[20,58].
Tout comme au Nigeria, le portage HBs est la même aussi bien chez nos donneurs de sang que
dans la population générale, ce qui nous ramène à nouveau au crucial problème de la sélection
des donneurs.
Il n'y avait aucune corrélation significative entre le portage HBs et le sexe du donneur.
Par contre, le portage HBs était plus important dans la tranche d'âge des 25 à 34 ans
contredisant les résultats de SULAIMAN H.A.[68] et coll. en Indonésie, qui n'avait trouvé
aucun rapport entre l'âge des donneurs et le portage HBs et qui l'expliquait par une
prédominance de la transmission verticale sur les autres modes de transmission dans ce pays.
La prévalence HBs était plus élevée dans les dons réguliers que dans les nouveaux dons
illustrant une fois de plus la non exclusion des donneurs après la découverte d'une hépatite.
La prévalence de l'anti HBc chez les 112 donneurs de sang testés était de 79,5%.
Au Nigeria, Harry T.O.[26] a trouvé une prévalence de 88,6% chez 287 donneurs de sang et
64,3% chez 224 femmes enceintes.
En France, la prévalence des anticorps anti HBc chez les donneurs de sang était estimée entre
0,1 et 4,64% en 1989[33]. Les donneurs anti HBc positifs y sont écartés du don de produits
sanguins labiles depuis octobre 1988[18,20].
Contrairement à la France, l'anticorps anti HBc ne peut être utilisé comme critère
d'exclusion de nos donneurs de sang; en effet cela conduirait comme le dit Jean DUCOS[18],
à rendre impossible toute transfusion sanguine.
68

5.5 Séroprévalence de la Syphilis dans les dons de sang.
Sur les 587 unités testées 64, soit 7,5% avaient des anticorps anti tréponémiques témoignant
d'un contact, récent ou non avec le germe.
Aucune corrélation n'est trouvée avec l'âge ou le sexe.
En France, Pillonel J.[59] a estimé la prévalence moyenne de la syphilis active à 3 pour
10.000 chez les donneurs de sang en utilisant une méthode de confirmation qui diminuait les
faux positifs.
5.6 Le risque résiduel évalué pour ces affections.
Le risque résiduel peut se définir comme étant le nombre de dons infectants qui n'a pas été
détecté par le test. En l'absence d'une étude concomitante de la transmission de ces maladies
chez les receveurs, il nous est difficile par notre étude de déterminer le risque résiduel réel.
Cependant, en ce qui concerne le Vlli, on peut dire que les 5 poches faux négatifs sur les 897
dons provenant des donneurs réguliers, ont pu transmettre la maladie.
Le seul fait de n'avoir pas détecté des dons séropositifs nous donne donc un risque
infectieux de 5 sur 897 soit 1 don infectant pour 180. Nous n'avons pas ici, tenu compte
des dons infectants mais séronégatifs c'est à dire les dons en « fenêtre sérologique ».
Aux Etats Unis, selon Lackritz Eve M.[19], les dons en « fenêtre sérologique» sont estimés à
1 pour 360.000 tandis que les dons séropositifs non détectés du fait d'une erreur quelconque
du laboratoire sont estimés à 1 sur 2,6 millions de poches.
Notre analyse, bien que très grossière nous donne une idée de l'ampleur du risque que
peut courir un receveur.
Dans la littérature des études plus précises nous donnent quelques chiffres sur le risque
résiduel infectieux évalué pour le Vlli, l'hépatite B et la Syphilis:
- Fournel J.J.[20] donne un risque résiduel Vlli de 1 don infectant sur 2000, voire sur 200
dons transfusés dans les pays en voie de développement.
- Des études menées en Côte d'Ivoire et citées par Kerouedan D.[33] donnaient un risque
résiduel pour le Vlli de 1 don infectant pour 100 et 1 pour 529.
- Le risque résiduel de transmission du Vlli, évalué à Bangui par Cancré-Jounot N.[9] était de
1 don infectieux non dépisté pour 6800 dons en utilisant le GENELAVIA MIXT®.
- Ce risque est, selon Fournel J.J.[20] de 2 à 4 dons pour 500.000 à 1 million en France.
- Aux Etats Unis, différents auteurs [19,81] évaluaient ce risque à 1 contamination pour
450.000 à 660.000 dons.
69

- Aux Etats Unis encore, NOAH D. Et coll. ont trouvé un risque de transmission du Vllil de
0,003 pour cent patients par unité (sa population d'étude était des patients polytransfusés
ayant reçu en moyenne 10,7 unités par personne)[48].
Le risque résiduel de transmission de l'hépatite B ne peut non plus être évalué dans
notre étude.
Une idée nous est donnée par l'étude de Jounot-Cancré N.[9 ] qui a utilisé le même test de
dépistage que le nôtre. Le risque résiduel évalué dans cette étude serait de 1 don infectieux
pour 37000.
Selon Fournel 1.J. le dépistage de l'Ag HBs laisse échapper 5 à 10% de sujets contaminés
[20].
Même si on sait que la conservation des poches à 4°c pendant 72 H détruit le
tréponème, le risque de transmission de la syphilis dans notre hôpital est probablement non
négligeable; la pénurie chronique fait que certaines poches sont transfusées avant les 72 h de
conservation au frais, et cela sans dépistage.
Au Sénégal, le sang est systématiquement testé pour la syphlilis et les dons positifs sont
détruits, au lieu d'être inactivés[8].
Pour Boyeldieu D. Les donneurs positif à la syphilis doivent être considérés comme des sujets
à risques, et écartés du circuit des donneurs de sang [8].
5.7 Prescription des produits sanguins au CHNSS.
5.7.1 Taux de couverture des besoins en produits sanguins.
Nous avons estimé le besoin annuel du CHNSS en produits sanguins à 3145 unités,
correspondant à la quantité prescrite par les services sur l'ensemble des 1800 demandes que
nous avons analysées. Cette quantité nous semble par ailleurs sous estimée car elle ne prend
pas en compte les nombreuses demandes qui ont été retournées au prescripteur par ce que la
banque de sang ne pouvait leur donner suite. Des ruptures de stock obligent souvent le
prescripteur à attendre un ou plusieurs jours avant d'être servi. Pendant ce temps d'attente, la
demande émise par le prescripteur est mise en «veilleuse» et le malade peut mourir, s'évader
ou surmonter sa crise sans être transfusé.
Notre étude ne nous a pas permis de prendre en compte la notion importante du« délai de
livraison» du produit demandé. Cette notion est importante puisque la transfusion doit se faire
à temps utiles. Au CHN YO, 17,4% des enfants en pédiatrie sont transfusés plus d'un jour
après la demande du produit sanguin[35].
70

Pour connaître les besoins réels de l'hôpital en produits sanguins, il aurait fallu que toutes les
demandes émises par les services soient enregistrées, qu'elles aient ou non trouvé satisfaction.
Par la même occasion, nous pouvons dire que la capacité de la banque de sang à satisfaire les
besoins qui est globalement de 80,6% est surestimée.
Cette situation montre clairement les difficultés qu'a la banque de sang à couvrir l'ensemble
des besoins du CHNSS et pose le problème de l'insuffisance de donneurs de sang.
La tendance des populations à ne plus donner son sang semble d'ailleurs commun à tous nos
pays, en témoigne la politique souvent observée, de prélever les parents ou les amis des
patients, avant que ceux ci ne puissent bénéficier d'une transfusion.
C'est le cas de pays comme la Tanzanie[67], le Sénégal[8], et la Centrafrique[9] , où la
proportion des donneurs parents est élevée.
La difficulté de la banque de sang à couvrir les besoins est plus importante encore,
quand les demandes comportent plus d'une unité de sang (cf. tableau 3). On sait que la
transfusion, pour être efficace, doit se faire à quantité suffisante et qu'il ne sert à rien de
donner une seule unité de sang à un malade qui a besoins de trois ou quatre unités.
** Il est donc souhaitable que le taux de couverture de 100% ne soit pas pour les demandes
d'une unité, mais pour celles comportant plusieurs unités.
** Pour ce faire, une politique vigoureuse de recrutement de donneurs de sang doit être
entreprise dans notre hôpital.
Il faut néanmoins souligner que le taux de couverture des besoins, même si elle est encore
insuffisante a connu une nette amélioration. En effet, en 1991, Dahourou H.[12] rapportait un
taux global de 34,6% (2425 unités fournies pour 7000 unités demandées). L'amélioration
semble liée à une forte réduction de la demande pouvant faire penser que les praticiens ont de
plus en plus tendance à ne pas recourir systématiquement à la transfusion.
5.7.2 Types de produits sanguins prescrits.
Le sang total représente 95% des prescriptions du CHNSS, ce, au détriment des concentrés
globulaires et du plasma.
Le service de pédiatrie prescrit généralement de petites quantités de sang total, et très souvent
la banque de sang leur fourni des poches remplies à moitié voir au 1/3, dont une grande partie
est constituée de l'anticoagulant. Ce service devrait donc penser à l'utilisation des concentrés
globulaîres, qui, tout en permettant d'être efficace, évite les accidents de surcharge.
L'utilisation quasi exclusîve de sang total a été aussi constatée par Korgo P. dans le service de
pédiatrie du CHN YO[35].
71

Le plasma frais congelé et sécurisé est quasiment inutilisé (0,7%) alors qu'il offre de bonnes
garanties quant à la transmission des maladies infectieuses.
Chacun de ces produits a sa place dans la correction de l'anémie et de l'hypovolémie, et
chaque type de produit doit être utilisé là où il le faut.
5.7.3 le taux d'hémoglobine des patients.
Seulement 49,6% des demandes ont mentionné le taux d'hémoglobine des patients. Alors que
selon Lakritz et coll. cités par Kple-Faget P.[36], le taux d'hémoglobine est nécessaire pour
prendre la décision de transfuser. Beaucoup de nos patients ont donc été transfusés sur la base
d'une présomption clinique de l'anémie. Cette attitude, même si elle est parfois justifiée
entraîne probablement beaucoup de transfusions inutiles. Un effort doit être fait à ce niveau,
surtout que le CHNSS dispose d'un laboratoire équipé d'appareils automatiques de mesure du
taux d'hémoglobine en quelques minutes, et fonctionnant à tout moment.
La non utilisation du taux d'hémoglobine comme argument pour décider d'une transfusion a
aussi été constatée à Abidjan par Kple-Faget P. et coll.[36].
5.7.4 Modalités de la prescription de produits sanguins au CHNSS.
1800 demandes de produits sanguins ont été analysées. Dans 32,8% de ces demandes, il a été
prescrit une seule unité. Si on part du principe que la transfusion d'une seule unité de sang
total ou de concentré globulaire à un adulte n'augmente pas suffisamment son taux
d'hémoglobine[69], alors, 32,8% des prescriptions ont pu être inutiles.
Même s'il est vrai que le malade peut avoir reçu plusieurs unités au total durant son séjour
hospitalier, on se demande si pour bon nombre d'entre eux on n'aurait pas pu éviter tout
simplement de faire appel à la transfusion.
En effet; si le patient est victime d'une anémie trop sévère, alors une seule unité de sang ne lui
suffit pas, et si son anémie est modérée de sorte qu'une seule poche suffise à résoudre le
problème, alors on devrait trouver un palliatif pour éviter de transfuser.
C'est là que l'emploi des macromolécules et autres solutés de remplissage doit trouver une
place importante.
La prescription trop fréquente d'une quantité « insuffisante» de sang au CHNSS,
même si elle relève des prescripteurs (sans distinction), peut aussi trouver son explication
dans la tendance de la banque de sang à trop rationner ses produits.
En effet, le déficit chronique de la banque en produits sanguins, la peur de la rupture totale
font que l'on préfère souvent donner peu, mais à tous, que de donner suffisamment à quelques
72

uns; de sortes que certains prescripteurs ont développé « l'astuce» de demander pour le
patient, une unité trois fois de suite plutôt que trois unités à la fois.
Cette situation peut donc expliquer sans toute fois justifier la fréquente prescription d'une
unité de sang dans notre Hôpital.
Dans tous les cas, il faudra faire en sorte que, prescripteurs et banque de sang aient une même
compréhension de l'efficacité en matière de transfusion sanguine.
Kple-Faget P.[36] dans son étude, a observé que dans 73,68% des cas, la correction de
l'anémie à Abidjan a été faite par la transfusion d'une seule unité de sang total ou de
concentré globulaire.
A Bobo Dioulasso, le traitement par la transfusion est un domaine qui reste à améliorer et
nous diront avec Boyeldieu D.[8] que: «la sensibilisation des prescripteurs de produits
sanguins doit être poursuivie, afin de réduire et de rediscuter ses indications, et de développer
les techniques alternatives que sont; l'autotransfusion et l'hémodilution normovolémique ».
Pour Menault M. , le recours à l'autotransfusion, dont les règles devraient être précisées peut
être une alternative dans certaines indications, pouvant représenter jusqu'à 10% des
transfusions[42].
73

CONCLUSION ~ SUGGESTIONS

6. Conclusion
Notre étude montre que la banque de sang du CHNSS n'arrive pas à couvrir entièrement les
besoins en produits sanguins des différents services (taux de couverture global = 80,6% et
tombe à moins de 55% lorsqu'on prescrit plus deux unités ou plus).
Pour atteindre cette faible couverture, la banque de sang est obligée de faire trop fréquemment
appel au système aléatoire de collectes dans les lieux publiques (58%). Ce système qui semble
prendre le pas sur les collectes effectuées normalement au sein de l'établissement (42%), est,
comme on le sait, peu compatible avec une bonne sécurité de la transfusion.
Des maladies comme l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine (7,2%),
l'hépatite B (16,6%) et la syphilis (7,5% des sujets testés) sévissent de façon importante dans
la population des donneurs de sang du CHNSS.
La prévalence de ces maladies, quasiment identique chez les donneurs de sang et dans
la population générale, montre clairement que la sélection des donneurs avant le don de sang
est une mesure non appliquée.
La faible prévalence du vœ chez les donneurs de sang vus en collecte mobile (3%)
fait de ce groupe un groupe à faible risque et suggère que le recrutement de donneurs fidèles et
réguliers doit s'appuyer sur eux.
La prévalence élevée des maladies dans le groupe des donneurs de sang réguliers
(14,2%) prouve que, l'exclusion des donneurs malades n'est pas une mesure efficacement
appliquée au CHNSS. Cette situation compromet fortement la sécurité des receveurs
éventuels, par la survenue toujours possible et démontrée, de résultats faussement négatifs.
D'autres parts, l'étude nous a montré que:
- Le taux d'hémoglobine qui est un critère important dans la décision de transfuser est un
paramètre très peu utilisé au CHNSS, alors que le plateau technique du laboratoire permet
d'avoir le taux d'hémoglobine en tout temps.
- Que la prescription d'une seule unité d'un produit sanguin, théoriquement insuffisante dans
le traitement de l'anémie chez l'adulte, continue de prévaloir chez les prescripteurs (32,8%) et
que le service de gynécologie et obstétrique est celui qui consomme le plus de produits
sanguins (43,5%).
74

Beaucoup de choses restent donc à faire, dans le recrutement des donneurs de sang, la
prévention de la transmission des maladies infectieuses aux receveurs, et dans la prise en
charge des donneurs de sang malades.
Il importe d'entreprendre au plus vite la mise en place de mesures visant à réduire la
prévalence des maladies transmissibles par le sang au sein de la population des donneurs de
sang, sachant que cette réduction permettra aux tests biologiques de dépistage d'atteindre leur
efficacité maximale, qui est de déceler tout don infectieux.
Pour atteindre cet objectif, nous formulons les recommandations suivantes:
7. Recommandations.
® A la Banque de sang du CHNSS
1- Inciter la population du Houet à donner son sang par une campagne d'information claire à
travers les médias.
2- Redynamiser l'association des donneurs de sang de Bobo Dioulasso qui est un cadre
pouvant faciliter la sensibilisation au don de sang et la lutte contre les MST et le Vlli/SIDA.
3- Promouvoir l'éducation sur les MST et le Vlli/SIDA dans le milieu scolaire tout en
sensibilisant les élèves qui sont déjà disposés à donner leur sang, à le faire de façon régulière.
4- Mettre en place une véritable politique d'annonce des résultats et de prise en charge des
donneurs malades qui doivent être exclus du circuit des dons de sang.
5- Toujours vérifier pour chaque don, les résultats des analyses biologiques effectuées à
l'occasion des dons antérieurs et confronter ces résultats; ceci évitera que des dons positifs
passent inapperçus.
6- En sus du régistre, améliorer les informations utiles collectées chez les donneurs de sang;
l'annexe 1 pourrait servir de modèle.
75

® Aux prescripteurs du CHNSS
7- Les médecins doivent codifier en harmonie avec la banque de sang, la prescription des
produits sanguins. L'autotransfusion doit être une pratique courante pour les interventions
programmées.
® A la Faculté des Sciences de la Santé
8- Intégrer la transfusion sanguine sous tous ses aspects au programme d'enseignement de la
Faculté des Sciences de la Santé.
® Aux autorités dirigeantes.
9- Elargir le champ des maladies à dépistage obligatoire et systématique à la Syphilis en
dotant les banque de sang des réactifs nécessaires.
10- Mettre en place un système national d'hémovigilance et évaluer par des études, la
transmission du Vlli de l'Hépatite B et de la syphilis par la transfusion sanguine.
11- prévenir l'installation de l'anémie dans nos population.
76

INTRODUCTION.
1
1. LA TRANSFUSION SANGUINE.
3
1.1 Définition.
3
1.2 Les différents modes de transfusion
3
1.3. Quantité de sang requise [21,69,54].
3
2. LA NOTION de« CHAINE TRANSFUSIONNELLE »[65,29,62].
4
2.1 Le compartiment des donneurs de sang.
4
2.2 Le Compartiment laboratoire.
6
2.3 Le Prescripteur.
8
2.4 Le receveur
8
3 HEMOVIGILANCE [62/.
9
4. QUELQUES MALADIES INFECTIEUSES TRANSMISES PAR LE SANG.
10
4.1. L'HEPATITE VIRALE B (VHB).
10
4.1.1 Quelques aspects épidémiologiques.
10
4.1.2 L'Agent pathogène.
10
4.1.3 Modes de transmission.
11
4.1.4 Physiopathologie [58]
12
4.1.5 CLINIQUE [7,11,58,]
12
4.1.6 DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE.
13
4.2 LES VIRUS DE L'IMMUNODEFICIENCE HUMAINE (VlH).
14
4.2.1 Rappel historique.
14
4.2.2 Epidémiologie.
14
4.2.3 Biologie du virus.
15
4.2.4 Physiopathologie de l'infection à VIH.
18
4.2.5 Modes de transmission.
19
4.2.6 CLINIQUE.
21
4.2.7 Diagnostic biologique.[47]
22
4.3 LA SYPHILIS.
28
4.3.1 Epidémiologie
28
4.3.2 Biologie.
28
4.3.3 Modes de transmission.
29
4.3.4 Physiopathologie.
29
4.3.5 CLINIQUE [11,66].
30
4.3.6 Diagnostic biologique.
30
1. ENONCE DU PROBLEME
33
2. Objectifs de ['étude.
34
77

2.1 Objectif Général.
34
2.2. Objectifs spécifiques.
34
3. METHODOLOGIE.
35
3.1 Cadre de l'étude.
35
3.2 Lieux de l'étude.
35
3.3 Matériels et Méthodes.
37
4. RESULTATS
40
4.1 Analyse des dons de sang
40
4.1.1 Caractéristiques épidémiologiques de l'échantillon.
40
4.1.2 Séroprévalence du VIH dans les dons de sang.
44
4.1.3 Prévalence des marqueurs de l'hépatite B dans les dons de sang.
49
4.1.4 Prévalence des anticorps anti-tréponémiques dans les dons de sang.
52
4.2 Analyse de la prescription et de l'usage des produits sanguins au CHNSS.
53
4.2.1 Type de produits sanguins prescrits.
53
4.2.2 Qualification des prescripteurs.
54
4.2.3 Nombre d'unités prescrites par demande.
54
4.2.4 Estimation des besoins annuels du CHNSS en produits sanguins.
55
4.2.5 Taux de couverture des besoins.
55
4.2.6 Consommation annuelle de produits sanguins par service.
56
4.2.7 Répartition des malades en fonction du taux d'hémoglobine(HB).
56
5. Discussion et Commentaires
59
5.1 Limites et contraintes.
59
5.2. Caractéristiques de l'échantillon.
60
5.3 Séroprévalence VIH dans les dons de sang.
62
5.4 Prévalence des marqueurs de l'Hépatite B dans les dons de sang.
67
5.5 Séroprévalence de la Syphilis dans les dons de sang.
69
5.6 Le risque résiduel évalué pour ces affections.
69
5.7 Prescription des produits sanguins au CHNSS.
70
6. Conclusion
74
7. Recommandations.
75
78

BIBU06RA.PHIE
1

8.
BIBLIOGRAPHIE.
1-
Attitude pratique devant la découverte d'une sérologie syphilitique
chez
un donneur de sang.
Rev. Fr. Hémobiol..l991, 34: 351-352.
2-
ANDREW H., OELMAN B.
Donneurs de sang, SIDA et tests de dépistage du VIH
Transfusion Internationale, 1990, 50 : 7-8
3-
BARIN F.
Risques viraux liés à la transfusion sanguine.
Rev. Fr. Hémobiol.. 1993, 36 : 73-81.
4-
BEAUPLET A., BRUNO D.
Les virus transmissibles par le sang:
Sélection des donneurs de sang
Ed. Jhon Libbey Eurotext; Montrouge France, 1996 :279-287.
5-
BEOGO R.
Hémoglobine anormales et transfusion sanguine: étude de l'évolution
dans le temps des constantes érythrocytaires au centre hospitalier
national Sourô Sanou de Bobo-Dioulasso ( BURKINA FASO)
Thèse de Médecine N D 14 FSS, Université de Ouagadougou, 1997
100p.
6-
BERNARD J., LEVY J.P., VARET B., CLAUVEL J.P., RAIN J.D.,
SULTAN Y.
Hématologie
Ed. Massons, Saint-Germain, Paris, 1987 : 389p.
7-
BOURE P.
Maladies Tropicales
Ed. Massons, Saint-Germain, Paris, 1987 : 396p.
8-
BOYELDIEU D., THIAM D., DIAKHATE L.
Sécurité transfusionnelle au Sénégal
SIDALERTE 1995,43 : 26-27
9-
CANCRE-JOUNOT N.
Risque transfusionnel lié à l'infection par le virus de l' hépati te C en
Afrique centrale: évaluation de stratégies de prévention basées sur le
dépistage sérologique des donneurs.
DEA en « Epidémiologie et Intervention en Santé Publique» Université
Bordeaux II, 1996 : 53P.
10-
COUROUCE A-M.
1

Séropositivité VIH chez les donneurs de sang de 1990 à 1992:
prévalence, estimation du risque d'infection transfusionnelle et
épidémiologie.
Revue Fr de Transfusion et d'Hémobiologie, 1993,36 : 327-337.
11-
Cours de bactériologie et virologie DCEM1
FSS, Université de Ouagadougou, 1990.
12-
DAHOUROU H.
Aspects opérationnels et économiques de la transfusion sanguine au
Burkina Faso
Thèse de Médecine N° S ESSSA, Université de Ouagadougou, 1991 : 71 p.
13-
DAHOUROU H.
Sécurité transfusionnelle au niveau du centre hospitalier national Sourô
Sanou de Bobo-Dioulasso.
Mémoire: Diplôme de maîtrise professionnelle de transfusion sanguine
en milieu tropical, Université de Ouagadougou, FSS, 1993 : SOp.
14-
DAMIEN PARSONNAZ.
Pénurie de sang à HAITI
Transfusion Internationale,1993,S9 : p8.
15-
DAO Y.
L'anémie maternelle au moment de l'accouchement à la maternité du
Centre Hospitalier National Sanou Sourô : prévalence et conséquences
pour la mère et l'enfant.
Thèse de Médecine N°S Université de Ouagadougou,FSS 1997 : 76p
16-
DE FOUGIERE BRUNO.
Immunologie Virale et Bactérienne: application à la Transfusion
sanguine.
Enseignement théorique, Casablanca, 1991 : 68p
17-
DIAKHATE L., BLA VY G., ADOTE AKUE B., THIAM D.
La transfusion sanguine au Sénégal: étude psycho sociologique du don
de sang.
Dakar Médical, 1984, 29; 2 : 343-348.
18-
DUCOS J ..
Les hépatites post transfusionnelles.
Revue du Praticien (Paris) 1989, 39(20) : 1777-81.
19-
EVE M., LACKRITZ GLEN A., et Coll.
Estimated risk of transmission of the Human Immunodeficiency Virus
by
screened blood in the United States.
New En gland Journal of Medecine, 1995, 333 : 1721-S.
20-
FOURNEL JEAN-JACQUES.
2

Quelques aspects du risque infectieux transfusionnel en France et dans
les pays de l'Afrique sub-saharienne.
Cahiers Santé, 1991, 1 : 53-58.
21·
GENETET B., ANDREU G., BIDET JM.
Aide-mémoire de la transfusion.
ed. Flammarion, Paris, 1984, vol. 1: 369p
22·
GIRARD PM., KATLAMA CH., PIALOUX G., SAIMOT AG ..
Sida.
Ed. Doin, Paris, 1994 : 352p.
23·
HABIBI B.
Transfusion et Sida.
Rev. Prat.<Paris), 1989,39;20 : 1771-76.
24·
HABIBI B.
Contamination des hémophiles par le VIH.
Le Concours Médical, 1991, 113: 1580-1586.
25·
HAHN B.H., SHAW G.M., TAYLOR M.E., REDFIELD R.R.,
MARKHAM P.D., SALAHUDDIN S.Z., WONGSTAAL F., GALLO
R.C., PARKS E.S., PARKS W.P.
Genetic variation in HTL V III/LA V in patients with AIDS or risk for
AIDS.
Science, 1986, 232 : 1548-1551.
26·
HARRY T.O., BAJANI M.D., MOSES A.E ..
Hepatitis B virus infection among blood don ors and pregnant women in
MAIDUGURI NIGERIA.
East African Medical Journal, 1994,9; vol. 71 : 596-7.
27·
HASELTINE W., WONG-STAAL F.
La génétique du virus du Sida
Bibliothèque pour la science; Sida, 1989 : 19-33
28·
HEYWARD W., CURRAN J.
L'épidémiologie du Sida aux Etats-Unis
Bibliothèque pour la science; Sida, 1989: 44-45
29·
HOLLAN S.R., WAGSTAFF W., LEIKOLA J., LOTHE F.
Gestion des services de transfusion sanguine
OMS, Génève, 1991 : 190-199.
30·
JACOBS B., BEREGE Z.A., SCHALULA p.J.J., KLOKKE A A.
Secondary school students : a safer blood donor population in an urban
with high prevalence in east Africa.
East African Journal, 1994, Il : 720-722.
3

31-
KABA KOUROU MA et Coll.
La transfusion sanguine en Guinée (CNTS-Guinée) en 1994
SIDALERTE 1995, 43 : 27-28
32-
KAMPIKAHO A., IRWIG L.M.
Incidences and causes of maternaI deaths in five kampala hospitals
1980-1986.
East Afr. 1. Med., 1991,68(8) : 624-631.
33-
KEROUEDAN D., BONTEZ W., BONDURAND A., ABISSE S.,
KONATE S.
Réflexions sur la transfusion sanguine en Afrique au temps de
l'épidémie de sida. Etat des lieux et perspectives en Côte d'Ivoire.
Cahiers Santé 1994; 4 : 37-42.
34-
KOCHER P ..
Recrutement des donneurs de sang: nouvelle stratégie.
Med. et Hyg. 1994;52 : 1000-5.
35-
KORGO P.
Les transfusions sanguines en milieu hospitalier pédiatrique de
Ouagadougou (Burkina Faso)
Thèse de Médecine N D 3, FSS,Université de Ouagadougou, 1997 : 70p
36-
KPLE-FAGET P., AMANI V., KONATE S., SYRANSY L.,
DOUKOURE Y., BONDURAND D.
Utilisation des produits sanguins dans les CHU d'Abidjan.
La gazette de la Transfusion, 1996, 127 : 66-70.
37-
La variabilité génétique du Sida
SidAlerte, 1995,46 : 11-12.
38-
LE PONT F., COSTAGLIOLA S., MASSARI V., VALLERON A-J.
Blood donation an HIV infection : impact of seroconversion delay on
the
sensitivity of the testing procedure.
Rev. Epidemiologie et de Santé Publique, 1989,37: 97-102.
39
MBA JEAN REMY
Contrôle du risque dans la transfusion sanguine.
Séminaire sur la prévention de la transmission de la Tuberculose et du
VIH au Gabon
Libreville, Gabon, 1995.
40-
MEDA
N.,OUANGRE
A.,
SA WADOGO
O.,
ZIDOUEMBA
C.,
SANOU
A., KYELEM D.
La surveillance épidémiologique de l'infection à VIH, et des maladies
sexuellement transmises au Burkina Faso: Rapport Final
Ministère de la Santé, OCCGE/Centre Muraz, Ouagadougou, Juin 1997 : 93p.
4

41-
MEDA N., CHARPENTIER-GAUTIER L., VAN DE PERRE P.
Sérodiagnostic de l'infection par le virus de l' immunodéficience
humaine (VIH) au Burkina Faso: mise au point avec les tests
commerciaux de stratégies diagnostiques performantes, pratiques et peu
coûteuses.
Rapport final.
Centre MURAZ/OCCGE, Bobo Dioulasso, 1996 : 45p.
42-
M. MENAULT.
La sécurité des actes transfusionnels : ses différents aspects, ses
différentes étapes.
Rev Prat. (Paris) 1989; 30 (20) : 1762-65.
43-
Ministère de la Santé de l'Action sociale et de la famille.
Rapport séminaire sur la réglementation de la transfusion au
Burkina Faso
Ouagadougou,1993 : 18p
44-
MINISTERE DE LA SANTE DE L'ACTION SOCIALE.ET DE LA
FAMILLE DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PLANIFICA TION
Statistiques sanitaires: Rapport annuel 1993.
45-
MINISTERE DE LA SANTE DE L'ACTION SOCIALE ET DE LA
FAMILLE.
DIRECTION
PROVINCIALE
DE
LA
SANTE
DU
HOUET
Statistiques sanitaires: Rapport annuel 1994.
46-
Motivation recrutement sélection et prise en charge des donneurs de
sang.
Transfusion Internationale,1990, 51 : p2.
47-
PETER M NDUMBE
Le laboratoire dans le contrôle de l'infection à VIH dans les pays en
voie de développement.
Imp. Classique, Yaoundé, Cameroun 1994 : 117p.
48-
NOAH D.et al
Transmission
of
retroviruses
by
transfusion
of screened
blood
in
patients undergoing cardiac surgery.
The New England Journal of Medecine,1989; 320 : 1172-6.
49-
NORTH ML., COUROUCE A-M.
5

Contrôle interlaboratoire des trousses de dépistage anti VIH, anti HTLV
et AG HBs utilisées en transfusion sanguine.
L'EurobiologisteCParisL 1994,28 : 63-68.
50·
OMS.
Relevé Epidémi. Hebd., 1992,20 : 145-149.
51·
OMS.
L'anémie pendant la grossesse: un problème majeur de santé publique
Maternité sans risqueCinformation sur les activité dans le monde) Mars-
Juin 1993, N° 11.
52·
OMS
Programme globale de lutte contre le Sida
relevé épidém.Hebd. 1992,20 : 145-149.
53·
OGUNNIYI O., FALEYIMU B.L.
Trends in maternaI deaths in Ilesa, Nigeria, 1977-1988.
West Afr. 1. Med. 1991, 10 (l) : 400-404.
54·
ORSINI A. PERRIMOND H.
Hématologie in Perelman R. Pédiatrie pratique
Paris; Flammarion, 1982 : 400-410
55·
PARIS·HAMELIN A., VASMANA A., BEREGNAUCOURT J.
Actualités 1986 sur la Syphilis
Le Biologiste, 1986,20 : 135-148.
56·
PAWLOSTKY J·M., BELEC L., GRESENGUET G., DEFORGES L.,
BOUVIER M., DUVAL J., DHUMEAUX D..
High prevalence of hepatitis B, C, and E markers in young sexually
active adults from the Central African Republic.
Journal of Medical Virology 1995,46 : 269-273.
57·
PHILIP R. FISHER, TOKO M.
HIV seroprevalence in healthy blood don ors in northeastern Zaire.
International Journal of STD & AIDS, 1995, 6 : 284-286.
58·
PILLY E.
Maladies Infectieuses.
Ed. Crouan et Roques, Paris, 1986.
59-
PILLONEL J., QUIOT A., BALINGUE M·H., PINVILLE H.,
BRUNET J·B.
Le dépistage du VIH et de la syphilis dans les établissements de
transfusion sanguine.
Bulletin Epidémiologigue Hebdomadaire 1991, 14 : 55-58.
6

60-
PINON F.
Pour la pratique ...
La Revue du PraticienCParis), 1989, 39; 20 : 1788-89.
61-
PETER PlOT, JEFFREY HARRIS.
Epidémiologie du HIV et du SIDA en Afrique
Manuel de prévention du Sida en Afrique
Family Health International: Durham,Caroline du Nord, 1991.
62-
RACHID SALMI L., ROGER SALAMON
Les virus transmissibles par le sang:
Hémovigilence et transmission de virus par le sang
Ed.Jhon Libbey Eurotext; Montrouge France, 1996 : 259-277.
63-
Rapport de la réunion technique au Zimbabwe sur le recrutement des
donneurs et le Sida
Transfusion internationale, 1990, 50 : 4-5
64-
REMY G ..
Image géographique des infections à VIH en Afrique de l'Ouest: faits et
interrogations.
Médecine d' Afrique Noire, 1993, 40(2) : 81-94.
65-
SALAMON R. LA WSON-A YAYI S. SALMI L.R..
Evaluation des risques liés à la transfusions sanguines dans les pays
indus tri ali sés.
Rev. Epidém. Et Santé Pub!., 1994, 42 : 408-415.
66-
SANGARE L.
Séro-Epidémiologie des Rétroviroses Humaines, de l' Hépatite B et de la
Syphilis à Ouagadougou (Burkina Faso).
Thèse de Pharmacie ND 6 Université de DAKAR, 1987 : 194p.
67-
RICHARD SCHUTZ, DOMINIQUE SAVARIT, JEAN-CLAUDE
KADJO,
VERONIQUE
BATTER,
N'VAHY
KONE,
GUY
LA
ROCHE,
ALAIN BONDURAND, KEVIN M. DE COCK.
Excluding blood donors at high risk of HIV infection in West Africa
city.
B.M.J 1993; 307 : 1517-9.
68-
SULAIMAN H.A. JULITASARI MASRI RUST AM MELANI W.
CORVIN A. JENNINGS G. B.
Prévalence of hépatitis Band C viruses in healthy Indonesian blood
donors
Royal Society of Medecine and Hygiene, 1995, 89 : 167-170
69-
Tapko J.B., Mbanya D.N.S.
Guide de la transfusion sanguine au Cameroun
7

OMS, Ministère de la santé publique, Yaoundé, Cameroun, 1995 : 62p.
70-
TREPO C., OPOLON P.
Attitude pratique devant la découverte de marqueurs sérique d'infection
par le virus de l'hépatite B(antigène HBs et/ou anticorps anti-HBc).
Une
hypertransaminasémie ou les deux anomalies chez un donneur de sang.
Rev. Fr. Transfus. Hémobiol., 1991, 34 : 285-294.
71-
WENGER N.S., GREENBERG J.M., HILBORNE L.M., KUSSELING
F., MANGOTICH M., SHAPIRO M.F.
Les effets de l'éducation et du dépistage sur les comportements de
prévention des étudiants.
Annals of InternaI Medecine, 1992, 117 : 905-911
72-
WEBER J., WEISS R.
Le virus du Sida et ses cibles
Bibliothèque pour la science; Sida, 1989 : 78-88
73-
OUATTARA S. A., GODY M., RIOCHE M.
Transfusion and HIV infections (HIV 1 HIV2/LA V) in Ivory Coast
1. Trop. Med. Hyg., 1988 : 212-215
8

ANNEXES
1

Annexe 1
BANQUE DE SANG : FICHIER DES DONNEURS
BOBO-DIOULASSO BURKINA FASO
, IDENTIFICATION DU DONNEUR
1. Numero d'identification
2.
Premier don
Nombre don antérieur
3. Numero de la carte
4. Nom et Prenoms
5. Lieu de résidence
Pays
Province
Departement
Ville
Village
Secteur
Adresse
Telephone
FACTEURS DE RISQUE
6. Date de naissance
7. Age
8. Sexe
9. Profession du donneur
10. Ethnie
Il. Situation Matrimoniale
12. Prof part sex
13. Voyage
14. Localite
15. Antécédent de transfusion
16. Lieu de la transfusion
17. Antécédent de MST
18. Antécédent de jaunisse
19. Autres antécédent
20. Rapport sexuel non protégé avec une personne autre
que le conjoint au cours des trois derniers mois
21. Utilisation de preservatif
22. Désirez-vous les resultats des examens biologiques
23. Je veux pour hepatite
24.
Je veux pour syphilis
25. Je veux pour le VIH
EXAMEN CLINIQUE
26.
Poids
(Kg)
27. TA Systolique
28. TA Diastolique
29. Auscultation cardio-pulmonaire _
30. Autres
RESULTATS BIOLOGIQUES

Annexe 1
31.
Groupe sanguin
32. Rhesus
33.
Sous-groupes effectués
34. C
pc
E
pe
Kell
35.
Phenotype
36.
Electrophorèse Hb
37.
TPHA
38.
Sero Hépatite B
39. Sero Hépatite C
SEROLOGIE VIH
Dépistage
40. Type de test rapide
41. Test Rapide
42. Type Elisa 1&2
43.
Elisa 1&2
44. Valeur seuil
45. Densité optique
Confirmation
46.
Peptilav 1
47.
Peptilav 2
48. WBlot 1
49. WBlot 2
50. WBlot IND
51. Seropositivité
52. Type de Virus

SERMENT D'HYPPOCRATE
« En présence des maîtres de cette école et de mes chers condisciples, je
promets et je jure, au nom de l'être suprême, d'être fidèle aux lois de
l'honneur et de la probité dans l'exercice de la médecine.
Je donnerai mes soins gratuits à l'indigent et je n'exigerai jamais de salaire
au-dessus de mon travail. Admis à l'intérieur des maisons, mes yeux ne
verront pas ce qui s'y passe, ma langue taira les secrets qui me seront confiés
et mon état ne servira pas à corrompre les moeurs ni à favoriser les crimes.
Respectueux et reconnaissant envers mes maîtres, je rendrai à leurs enfants
l'instruction que j'ai reçue de leurs pères.
Que les hommes m'accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses,
que je sois couvert d'opprobre et méprisé de mes confrères si j'y manque. »

Séro-épidémiologie des Virus de l'hnmunodéficience Humaine, de l'Hépatite B, de la
Syphilis chez les donneurs de sang et impact de la prescription des produits sanguins sur la
sécurité de la transfusion au CHNSS. Bobo Dioulasso (Burkina Faso)
Résumé
Dans le but de d'identifier les zones de dysfonctionnement de la chaîne transfusionnelle du
Centre Hospitalier National Sourô Sanou de Bobo Dioulasso, nous avons mené une étude
rétrospective couvrant la période de Janvier 1995 à Décembre 1995. Ainsi, tous les dons de
sang (2842) et toutes les demandes de produits sanguins (1800) de la dite période ont été
analysés, nous donnant les résultats suivants :
*-La collecte mobile représentait 58% des dons de sang de l'année 1995
*- Les donneurs réguliers n'ont fourni que 31,6% des dons durant cette période
*- La majorité des donneurs sont jeunes; 63,7% ont moins de 25 ans.
*- La séroprévalence globale Vlli dans les dons de sang était de 7,2% et celle de l'Ag HBs
atteignait 16,6%.
*- Les dons de sang provenant des donneurs réguliers étaient significativement plus porteurs
d'Ac anti Vlli que ceux des nouveaux donneurs.
*- Cinq dons ont pu être répertoriés comme faux négatifs exposant ainsi des receveurs
*- L'incidence de la séroconversion Vlli chez les donneurs réguliers était estimée à 1,06%° .
*- La couverture des besoins du Centre Hospitalier en produits sanguins est inférieure à 80%
*- La majorité des patients (50,1 %) sont transfusés sans recourir au taux d'HB.
*- 22,5% des prescriptions de produits sanguins destinées aux patients adultes ne
comportaient qu'une seule unité.
*- Une politique d'accroissement du nombre des donneurs réguliers par une sensibilisation en
milieux scolaire, l'exclusion des donneurs malades du don de sang, la prescription judicieuses
des produits sanguins, sont autan de mesures qui amélioreront la sécurité de l'acte
transfusionnelle dans cet hôpital..
Mots clés: Sécurité Transfusionnel1e, Donneurs, VIH, VHB, Prescripteurs
Burkina Faso.
Auteur:
Koumpingnin Yacouba NEBIE
sic F.S.S 03 B.P. 7021 Ouagadougou 03